Obscuro Momentum
Bienvenue à toi, intrépide futur membre ! Ou bien rebienvenue à toi, feuille de lotus préférée. Si tu es une feuille de lotus, connecte-toi. Si tu es un intrépide futur membre, explore le forum à ton aise ! Notes que si tu t'inscris, nous t'accueillerons avec les bras ouverts. Et si tu nous fais un élève à gryffondor ou à poufsouffle, nous te vénérerons encore plus parce que nous en avons besoins !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Obscuro Momentum
♣ Fondateur ♣
avatar
Messages : 489
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage:
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Lun 4 Mar - 13:12

Mission #1



• Location: Londres
• Date: 7 mars 2013


Fiche par Dakino Artsoul
La Mission
Maximilian St-Clare a été très clair lorsqu'il a engagé Markus Wolgang: il lui fallait retrouver coûte que coûte la pierre de résurrection. Comment ? Harry Potter n'aurait pas détruit la relique durant sa chasse aux horcruxes ? C'est en effet ce que la rumeur aurait rapporté aux oreilles du ministre de la magie. Ce serait une arme intéressante et qui permettrait de rappeler à la vie chacun de ses hommes morts au combat. De quoi enrailler toutes tentatives de rébellion au sein même de la population sorcière alors qu'on raconte que l'Ordre du Phénix se serait reformé avec Potter à sa tête.
Et pour donner l'impression qu'il se préoccupe de la sécurité du pays, il lance un auror jeune, déterminé mais inexpérimenté à sa poursuite, Theodore Friedman. Pour compliquer sa tâche, il lui donne un stagiaire, Scorpius Malefoy qui rapportera tout les faits et gestes de l'auror et qui lui mettra des bâtons dans les roues si besoin.

Attention, il n'est pas question ici de se lancer tout de suite dans des courses-poursuites infernales. Markus n'a aucune information pour le moment et il doit mener son enquête (qui peut durer plusieurs semaines) et de même pour Theodore qui n'a encore aucune information sur l'emplacement de celui qu'il traque.
Vous avez trois semaines pour finir cette mission en sachant que vous n'êtes pas tenus de réussir forcément, mais que dans tous les cas vous rapporterez des points à votre faction en fonction de la qualité de la mission.


Agents
Markus Wolfgang, corsaire pro-mangemort, tueur sur gage dangereux, travaille pour un employeur dont il ne connait pas l'identité. Il est chargé de la mission de retrouver la pierre de résurrection.
Theodore Friedman, jeune auror intrépide, chargé du cas spécifique de Wolfgang et essaye de l'attraper, même si il ne sait pas c'est quoi sa mission actuelle.
Scorpius Malefoy, étudiant avec assiduité pour ses examens de BUSES s'est fait offrir un mini-stage de 3 semaines aux côtés d'un auror. Draco Malefoy veut évidemment que son fils choisisse ce métier et souhaite peut-être qu'il mettra des bâtons dans les roues à Friedman, voulant évidemment que Wolfgang réussisse sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
http://obscuro-momentum.forumactif.com
Artémis D.Dragonneau

avatar
Messages : 679
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 22
Localisation : Cachée dans une épaisse forêt vierge.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: oui→ Romain Lesage et Pearl Smith
Travail/Etudes: Princesse Sorcière en mal de reconnaissance.

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Lun 4 Mar - 19:48




Lorsque Markus avait été prévenu que le ministre de la magie en personne avait besoin de ses services il avait tout de suite accouru au domaine de celui-ci. Il avait laissé une affaire pour se libérer ,devant cette exclusivité. Il savait qu'il  y avait pas mal de choses à gagner, notamment un joli petit trésor. Ses services étaient loin d'être gratuit et même face au ''chef " des sorciers.
Sur place il avait eu  affaire à un ministre peu avenant, presque négligé. Il ne c'était pas attardé longtemps sur l'apparence de ce gros poisson et c'était assis, les jambes écartées coudes sur les genoux, devant son interlocuteur. Il crevait de savoir le pourquoi du comment un homme tel que St-Clair avait besoin de lui. Le simple fait qu'il connaisse son existence l'avait en soi étonner. Son rôle n'était-il pas de débarrasser le monde des personnes de sa profession ? Markus se demandait aussi si l'affaire était d'ordre personnel ou mondiale.

« Je veux que vous retrouviez la pierre de résurrection coute que coute. » 

Voilà, le pourquoi il se trouvait ici. Le ministre avait été direct, il avait entendu que la pierre n'avait peut être pas été détruite. Le " Peu têtre " chagriné Markus qui frotta son pouce et son index sur sa fine barbe.
« En êtes-vous capable Markus Wolfgang ? »

Cette question était inutile aux yeux du criminel. Il fit un sourire sadique plongeant son regard dans le sien. 

« Et vous Maximilien St-Clair, pensez-vous être capable de niquer ces bourbeux ? »

Le ministre avait sourit, Wolfgang lui avait rit comme un détraqué. 

« Si cette pierre ne vient pas à vous par mes soins c'est qu'elle n'existe plus. »

C'était sur cette phrase que les deux hommes c'étaient quittés. Markus ,bien que reculer de la vie Anglaise depuis plus d'un an, avait bien compris la situation actuelle. Une nouvelle fois quelque chose se préparer dans le coin des rues, cela sentait la guerre à plein nez et quoi de mieux qu'une pierre de résurrection pour assurer la pérennité de son armée et le moral de ses troupes.
La mission s'annonçait difficile, mais tellement excitante. Une mission comme il en avait peut ces temps-ci. Les sangs pures autres fois si imaginatifs et demandeur se faisaient discrets et m'étaient aux oubliettes les tueurs à gages. De plus Markus se réjouissait de voir qu'on lui donnait encore plus de fils à retordes en lui envoyant un Auror et même deux.


* * *

7 Mars 2013

L'homme vêtu comme un parfait gentleman descendait les marches sur lequel un tapis rouge avait été installer. Nous nous trouvions dans un hôtel de luxe moldu où Markus avait décidé de séjourner sous le nom d'Alberich Von Klaus. Il avait pris l'identité d'un homme d'affaires Allemand mystérieusement disparut aux yeux de ses proches. Il s'arrêta à la réception ou il laissa une liasse de billet suivi de quelques mots.

« J'aimerais que vous passiez nettoyé la chambre après que la jeune femme vous ait déposé les clefs. »

Il avait un grand sourire, la nuit avait été courte mais plaisante. Le fait qu'il n'ait pas de femme faisait de lui l'homme de toutes les femmes et ce statut lui plaisait bien. Après ce court discours il passa la porte de l'hôtel et se rendit en face dans un café rempli de pingouin noir et blanc. Il se fit servir un cognac bien qu'il fût neuf heures du matin et consultât via son téléphone portable les principales informations moldu sur cette pierre de résurrection. Comme il s'y attendait il ne trouva rien hormis qu'elle fut capable de ranimer les morts suivis d'un ''il est techniquement impossible de ressusciter un être disparu''. Markus se moquait des moldu aussi ouvertement qu'il le pouvait et il ne manquait jamais une occasion d'en ridiculiser un ou d'en supprimer au passage. Rangeant son téléphone dans sa poche il fut rejoint par un ami de longue date. Il lui avait fait parvenir un message anonyme avec pour seule information un endroit et une heure. Ce type était réputé pour connaître tous les bobards du coin et avait une excellente mémoire.

Markus lui serra la main et l'invita à se poser. 

«Si je t’attendais à te voir ici, l'homme remarqua le portefeuille sur la table avec les initiales A. K, monsieur K. »

Markus lui adressa un grand sourire et prit la relève.

«Barmaid la même chose en double. Appelle-moi Alberich, Fouine. »

Fouine, le nom allait si bien à cet homme. Petit, le nez pointu, les cheveux gris il avait l'allure d'un animal, d'où son surnom fouine qui avait vite pris la place de son nom initiale.
Les deux verres  arrivèrent et sifflant son verre d'un coup le nouvel arrivant entra dans le vif du sujet d'une voie discrète.

« Tu veux savoir quoi ? »

Markus but une gorgée de son verre et répondit simplement.

« Parle- moi de la pierre de résurrection. »

Visiblement surprit l'homme commença à raconter ce qu'il savait de cette pierre. 

« Relique de la mort, capable de redonner vie, transformer en bague, récupéré par tu sais qui et  transformée en Horcruxe toujours par tu sais qui. Euh... Je ne sais comment elle vient en possession du vieux barbu, puis d'Harry Potter et de là elle aurait été détruite. Mais les rumeurs courent et cela à du sifflé aux oreilles d'un sorcier prêt à tout pour l'avoir. À quel mage noir à tu vendus tes services cette fois-ci ?»

Buvant le reste d'alcool qui lui restait, Markus enregistré ces paroles. Elles étaient désormais gravées dans sa mémoire et ce jusqu'au terme de sa mission. Comme il l'avait prévu Fouine lui avait donné pas mal de renseignement historique, cela ne donner  pas de grandes pistes, mais il savait que le dernier détenteur n'avait été qu'autre que ce Harry Potter. Il savait que fouine lui avait révélé tout ce dont il savait et il ne lui posa aucune autre question. Il se contenta d'ignorer la question, de lui donner une petite enveloppe qu'il avait dissimulé sous sa veste et quitta le café comme si de rien n'était. Des entrevus courte et furtive, c'était la seule façon de paraître transparent. Bien qu'il se sache pas encore suivi, ce Theodore finirait bien par arrivée. Le ministre avait chargé un nouveau de cette affaire, mais le nouveau fait parfois preuve d'une grande agilité et performance. De nouveau il sortit de sa poche intérieure une paire de lunette de soleil qu'il cala sur son nez. Il savait déjà où commencer et le domaine Potter ne tarderait pas à n'avoir aucun secret pour le tueur à gage expérimenter.

Mais pour l'heure Markus avait une tout autre idée en tête. Le ministre lui avait donné trois semaines pour retrouver cette pierre, mais il n'avait aucune idée à ce que pouvait ressembler un tel caillou. Comment discerner le vrai d'un faux et inversement. Si cette pierre existait bel et bien, elle ne devait pas se trouver au coin d'une rue. L'idée de tout un parcours et épreuves firent irruption dans l'esprit joueur et déterminé du sorcier. C'était une belle mission et il n’aurait pas de honte à succomber face à cela comme il serait fier de la ramener en main propre à cette citrouille de bureau. 
Caché des regards il disparut et réapparut à Pré-Au-Lard décidé à trouver un bouquin sur cette pierre. Il voulait l'étudier savoir tout d'elle. Connaître sa couleur, sa forme, son reflet tout savoir. Il n'avait pas pour habitude de faire les choses à moitié et ne pas connaître physiquement ce que l'on cherche ressemblait pour lui à de l'amateurisme.


* * *

22h00;

Après avoir cherché toute la journée parmi des livres remplis de bien plus de poussières que de mots Markus savait ce qu'il cherchait. La pierre serrait aujourd'hui de la forme d'un Solange de couleur noire, un triangle comme gravé à l'intérieur de cette même pierre, sans aucun reflet, la lumière ne peut y pénétrer. Cette bague respirait les ténèbres, la noirceur. Il n'était pas bon de vouloir refaire vivre un homme déjà dépourvu de son âme, le corps deviendrait la proie facile des anges des ténèbres qui s'empareraient de ces enveloppes charnelles pour vivre sur terre. Markus avait beaucoup apprécié ce passage, presque biblique et en aurait redemandé si l'heur ne l'avait pas rattrapé. Il avait quitté le banc des études dans les 18h00 et se trouvait désormais dans sa chambre dépourvu de tout vêtement en compagnie d'une créature bien gâtée par mère nature. L'homme savait profiter de ce genre de plaisir et il avait toujours trouvé les femmes moldu de bonne chair. La journée avait été  des plus encourageantes biens que la suite s’annonçait très vague. L'histoire remontait à plus de vingt ans, l'eau avait coulé sous les ponts et la vieillesse avait fait son ménage. Malgré tout Markus était déterminé et serein... 
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Mer 6 Mar - 14:57


    6 mars 2023

    Lorsque le ministre de la magie l'avait convoqué en personne dans son bureau, Theodore Friedman n'avait su comment réagir. Il avait déjà croisé plus d'une fois dans le bâtiment du ministère de la magie Maximilian St-Clare, mais s'était contenté d'un bref salut à chaque fois. Ainsi il connaissait son existence ! La petite larve d'auror qu'il était n'avait pas passé inaperçu ! Le plus jeune auror allait peut-être être congratulé ou descendu en flamme et pour l'heure il passait dans les couloirs avec une inquiétude compréhensible. Un ministre de la magie ne demandait pas un entretien avec quelqu'un pour le plaisir. Et plus il faisait des suppositions, plus il en venait à penser qu'il allait être renvoyé sur le champs. D'ailleurs, Theodore n'avait jamais apprécié cet homme. Lui, il avait voté pour Harry Potter et un point c'est tout ! Ils n'avaient pas les mêmes idées et ce cher St-Clare s'entourait de gens aux mêmes idéaux. Ah ! C'était tout à fait dégoûtant ! Par le slip léopard de Merlin, c'était tellement petit de la part de ce pseudo ministre de la magie, ce tyran. Ce bandit ! il lui aurait tordu le cou sur le champs.

    Il se trouvait face au bureau du ministre de la magie. C'était une grande porte de marbre, solide et couverte de nombreux sortilèges de protections. On ne lésinait pas avec la sécurité. C'était une bonne chose. Seul un puissant mage aurait pu les briser. Et des personnes exceptionnelles, il n'y en avait plus depuis la mort d'Albus Dumbledore et de Lord Voldemort. Il n'osait pas même effleurer le vernis du bois lisse. Il inspira un coup, puis, avant même d'avoir pu frapper une première fois, on lui ouvrit en grand. Un St-Clare souriant l'attendait. Le jeune auror avait encore le mois dans les airs, à quelques centimètres du nez du ministre.

    - Eh bien ! Une tentative d'agression pour commencer. Votre entretien risque d'être des plus intéressant !

    Une menace ou une blague ? Dans le doute, Theodore se laissa à un sourire furtif qu'il abandonna aussitôt après s'être assit. Les deux hommes étaient dans un curieux face à face. Tous deux étaient très jeunes pour leur fonction. Ils étaient brillants, à leur façon. Maximilian St-Clare avait plusieurs coup d'avance et la découverte du régime instauré par Branstone n'était qu'un léger contre-temps pour ses projets futurs. Il proposa un peu de café, ce que refusa le jeune homme. Maximilian haussa les épaules, puis commença à boire sa petite tasse blanche. Ce n'était pas vraiment bon. C'était amer. Et en même temps, après avoir ingéré de l'étrange mixture noire était tout bonnement agréable. Après dix tasses de café, le jeune ministre se sentait empli d'une énergie nouvelle. Il faisait des nuits blanches parfois, penché sur ses dossiers. Il abattait un travail énorme et la presse n'en disait rien. La Gazette du sorcier prenait un malin plaisir à critiquer le gouvernement quel qu'il soit. C'était un torchon, rien de plus. Juste bon à alimenter son feu dans son bureau.

    - Alors, pourquoi m'avez-vous fait venir, monsieur le ministre ? demanda Theodore d'une voix haché.
    - Vous êtes direct ! commença Maximilian. J'aime les gens direct !

    Il laissa quelques secondes de silences, puis il reprit:

    - Mon intention n'est pas de vous faire du mal, en aucun cas ! Allons, détendez-vous ! En fait, au vu de vos résultats à Poudlard comme à votre Université américaine dont le nom m'échappe...
    - A Salem, intervint Theodore d'une voix claire.
    - Prenez l'habitude de ne pas me couper la parole, d'accord ? Bon... Alors, mes intentions sont bénéfiques à votre égard. Vous pourriez monter rapidement en grade ! Vous avez vingt et un ans et...
    - Vingt-deux...
    - ...
    - Je vous pris de pardonner mon intervention insolente, dit Theodore sans s'émouvoir.
    - Très bien... Alors, je vais vous donner une mission difficile. A vous et à vous seul !

    Theodore ne se doutait de rien. Il avait retrouvé le sourire. Habituellement, les aurors n'agissaient pas seul, mais son ego s'agrandissait monstrueusement en apprenant qu'on lui donnait une mission importante.

    - Il s'agit de capturer un dangereux criminel. Markus Wolfgang ! C'est un tueur à gage très efficace dont nous avons perdu la trace mais qui est toujours en activité. Vous vous acquitterez de cette tâche facilement, j'en suis sûr. Voici son dossier.

    Theodore se saisit de la brique de papier et la feuilleta rapidement, puis referma le dossier dans un "CLAC" sonore.

    - Bien, j'essayerais de le capturer...
    - Vivant ! C'est important ! Il détiendrait des informations sur l'autre Markus !

    L'autre Markus, c'était celui qui avait prit en otage des gens innocents dans la boutique de madame Guipure et qui en avait tué en grand nombre. Toujours en cavale depuis tous ces mois, la population ne se sentait pas rassurée. Pas du tout, même. Comme il se préparait à sortir, Maximilian St-Clare l'arrêta en disant:

    - Une dernière chose, monsieur Friedman... Une dernière chose... Monsieur Malefoy, qui est assez influent... Son fils souhaiterait devenir auror... ou plutôt son père, à mon avis, mais cela n'a aucune importance. Il vous suivra, comme votre ombre, dans cette missions. Cela ne vous dérange pas qu'il loge même chez vous ? Car auror est un métier de tout instant !
    - Cela ne me dérange pas du tout, monsieur le ministre ! répondit Theodore interloqué.

    C'est à ce moment précis qu'il aperçu dans un coin sombre de la pièce une silhouette mince. Scorpius Malefoy.

    Les deux hommes sortirent sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Scorpius Malefoy

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 17/07/2012
Age : 21

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 16 ans
Double-compte: Aaron Moore
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Jeu 7 Mar - 12:48



5 Mars.

La semaine était passer passivement et je compter sur la journée d'aujourd'hui pour rajouter un peut de piment a ma vie devenu lasse. Par chance l'entrainement de Quidditch fut fort divertissement et mon vif d'or atterris dans la mains une bonne dizaine de fois. Nous étions fin près pour le prochain match. De retour sur la terre ferme, quand toute l'équipe pris la direction des vestiaire pour la douche et que je m'apprêtais a les suivre, un très gros hiboux au pelage sombre apparut devant moi. Pas besoin de regarder la lettre pour deviner de qui elle venais. Draco. C'était rare qu'il utilise son oiseau personnel, au fait c'était la première fois qu'il l'utiliser pour moi. Je pris la lettre et la garda avec moi jusqu'à ce que je fut dans les vestiaire. Je voulais la garder pour la lire dans la salle commune pour être près a répondre, mais la curiosité pris le dessus. Je du relire la lettre plusieurs fois avant dans comprendre le sens exacte. Mon père m'avais trouvé un stage de 3 semaines au coter d'un Aurore Theodore Friedman, il viendrais me chercher le lendemain matin et mes valises devraient être prêtes.

6 Mars.

Mes valises prête je prenais le chemin du hall d'entré pour y retrouvé mon père. Dans les escalier qui menais du cachot au Hall je croisais quelques regard interrogateur qui ce pausé sur ma valise, je leurs adresser un léger sourire narquois, au moins j'avais la chance de quitter Poudlard pour trois semaines. C'est avec ce même sourire que je me rendit jusqu'au Hall et que j’aperçus Draco. Habiller d'un habituel costume sombre, il avait de l'allure et je regarder tout autour de moi pour m'assurais que toute les personnes présente ici le regarder et cela me rempli de fierté. Après de bref échange de mot de retrouvailles il m'entraina a l'extérieur du château, jusqu'au village de près au Lard ou mon père m'explique alors que le Ministre de la magie veut me voir. Stupéfait de cette annonce, je me doutais bien que cela avait un rapport avec mon stage mais c'était tout de même St Clare qui demandé a me parler. La dessus nous transpalont et quelques secondes plus tard je me retrouvais dans le bureau de monsieur le ministre de la magie, ma valise a mes coter, mais Draco n'était pas la. St Clare qui ce tenait assis derrière son bureau m'adressa un sourire que j'eus un peut de mal a lui rendre.

- Asseyez vous !


Oubliant totalement mes valises au milieu de la pièce je vient prendre place sur l'un des fauteuil qui ce trouvais en face du bureau d'où ce trouvais le Ministre. Celui ci vient a prendre une feuille qui ce trouvais devant ses yeux pauser sur un dossier.

- Scorpius Malefoy, née le 7 Juillet 2005, élèves de 5ème année a l'école Poudlard c'est bien ça ?


Je répondit a sa question d'un hochement de tête bien que je fut persuader qu'il sois déjà sur de la réponse. Il repris.

- Votre père nous a fait une demande de stage pour le poste d'aurore de votre part et nous avons donner une réponse positive a cela.
poursuivi t-il d'un autre sourire.

Bien entendu que je savais qu'il avait répondue oui pour un stage que je n'avais absolument pas demandé, m'avais fait t'il venir juste pour me dire cela ? De nouveau j'eu un hochement de tête de sachant trop quoi répondre et sachant pertinemment que ce qui sortirais de ma bouche ne serais qu'une réponse qui ne lui plairais sans doute pas.

- Vous serais donc le stagiaire d'un Aurore nommé Théodore Friedman. Cependant il faut que je vous mette au courant Monsieur Malefoy que Friedman a était engager par nos bureau pour mettre la main sur un criminel Nommé Markus Wolfgang.

Je comprenant pas trop où il souhaiter en venir je me mis a froncé les sourcils

- J'ai moi même engagé Monsieur Wolfgang pour accomplisse une mission personnel. Votre rôle sera de me tenir au courant des moindres fait,geste et piste que pourrais avoir Friedman.


De moins en moins je comprenais ce qu'il me disait, cela n'avais pas de logique. Je m'éclaircît la gorge d'un raclement et pris pour la première fois la parole.

- Si je comprend bien, vous voulais que je vous tienne au courant de toute les pistes que pourrais avoir Theodore Friedman pour retrouvé Wolfgang ?


De nouveau j'aperçut un sourire sur les lèvres de St Clare et de moins en moins je l'apprécier, j'avais clairement l'impression qu'il me prenais pour un abrutit.

-Et lui mettre des bâtons dans les roues pour l'empêcher d'y parvenir. Je veut que Wolfgang réussisse !


Il avait bien hacher sa dernière phrase. Cette fois ce fut mon visage qu'un sourire pris forme, visiblement ce stage allais me plaire et j'avais hâte qu'il commence. St Clare reposa la feuille qu'il avais dans les mains et repris la parole.

-Vous logerai chez Théodore Friedman, vous serez autoriser a utiliser votre baguette seulement en sa présence et je vous remercie de votre discrétion la dessus, il est entendu que tout cela reste entre nous.


Je hocha la tête une seconde fois avec le plus grand des sourires, ce stage s'annoncer visiblement très bien. Sur le moment je me demandais si mon père était au courant de tout cela, j'aurais aimé qu'il sois dans la pièce pour savoir exactement ce qu'il en disait et il aurais certainement pu me donner certain conseil. St Clare me fit signe de me lever j'allais rejoindre mes valises et un long silence s'installer dans le bureau du Ministre de la magie. Au moment ou j'allais demandé ce qui allais ce passer maintenant, un des gardes ouvrit la porte du bureau et quelqu'un y pénétra. Un sorcier plutôt jeune, il ne devait pas avoir plus de 20 ans en tout cas, il ce dirigea vers le bureau du Ministre et pris place en face de lui tout comme je l'avais fait. Je compris juste après que c'était lui, Théodore Friedman, c'était à lui que j'allais devoir mettre des bâtons dans les roues pendent ces trois semaines. Durant tout le temps de leurs entrevue je restait la à détaillais le jeune Aurore, à première vue je me dit que je ne n'aurais peut être pas t'en de mal que cela à accomplir ma tâche. Enfin qui c'est, il peut ce révéler être un remarquable sorcier, bien que sur le coup j'en doutais un peut.

Quand leurs entrevu pris fin, je me rendit compte qu'il m'avait enfin remarquer, j'avais un léger sourire en coin en le regardant, il ce leva et je le suivi, trainant ma valise par la main. Nous sortions du bureau du Ministre sans un mot. Rendus dans le couloir je regardait tout autour de moi pour essayer d'appercevoir mon père, mais il ne s'y trouvais pas, je baissa péniblement les yeux, j'aurais aimé lui dire quelques mots sur ce stage avant de partir, mais je contenta de suivre Friedman, toujours dans le silence jusqu'à ce que nous sortions du Ministère. Une fois sortie je m'arrêta et lui adressa pour la première fois la parole.

- Alors ? Par quoi commençons nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Artémis D.Dragonneau

avatar
Messages : 679
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 22
Localisation : Cachée dans une épaisse forêt vierge.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: oui→ Romain Lesage et Pearl Smith
Travail/Etudes: Princesse Sorcière en mal de reconnaissance.

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Ven 8 Mar - 9:09

Markus Wolfgang...



10 Mars 2013

«  Heilige Scheißeeeeeeeeee !. »

L'homme venant tout juste d'arrivée dans son squat, renversa violemment une table suivit de quelques chaises. Son visage était rouge, ses cheveux en bataille. Markus était plutôt impulsif dans son genre et la déception de ces trois journées de travail l'avait mis hors de lui.
Il se laissa tomber  dans un fauteuil ,en piteux état, avant de sortir difficilement un pistolet accroché à l'arrière de son pantalon.

Ce squat ne lui plaisait absolument pas. C'était une ancienne entreprise de bureau désaffecter, plutôt sombre et vide depuis au moins dix ans. Il avait dû quitter l’hôtel après avoir remarqué plusieurs traces d'intrusions dans sa chambre. Ils étaient nombreux à vouloir sa tête. Il était connu pour être impliqué dans plusieurs affaires d’assassinat et de disparition de documents confidentiels. Il aimait voir tous ses poursuivants se battre entre eux. Certains voulaient sa mort pure et simple tendit que d'autres le voulaient vivant pour lui soustraire de précieuses informations. Pour cela encore fallait-il qu'ils réussissent à lui mètre le grappin dessus. Une rencontre en face à face avec lui et vous aviez peut de chances  d'en sortir vivant. Aux États-Unis l'on lui avait même donné un pseudonyme « The Little Thumbling of death. ». Tout cela à cause d'une salle histoire de trafic d'elfes de maison, il c'était trouvé là au mauvais moment et tout avait fini en bain de sang. Il avait était poursuivit, et tous ses traqueurs c'était retrouver six pieds sous terre. Suite à cela il avait disparu de la circulation durant deux ans.

Se levant de son siège il se dirigea vers ce qui devait être l'ancienne pièce à vie des salariés et se passa de l'eau froide sur le visage. Il était fatigué, les horribles cernes sous ses yeux marquaient ses trois jours non-stop de recherche...
Il avait d'abord été amener en Irlande. Là se trouvait une personne ayant été en contact direct avec la pierre. La journée durant il avait sillonné les petits villages campagnards se faisant passer pour un neveu éloigné. L'homme recherché était introuvable et pour sûr. Le type en question se trouvait déjà en terre depuis des lustres. Markus lui avait consacré une journée inutilement et cette perte de temps lui collait un goût amer dans la bouche et comme si cela ne suffisait pas il avait perdu deux journées à retrouver cette fois-ci une femme. Une femme aujourd'hui complètement sénile qui même un Véritaserum englouti n'avait rien pu lui rapporter.

Trois jours de travail anéantit par la vieillesse. Trois jours complètement inutiles à sa mission. Cette mission il voulait la clôturer au plus tôt et les trois semaines dont il avait la liberté lui paraissaient bien trop longues. L’Angleterre n'était pas un coin sur pour lui et il ne savait où donner de la tête entre sa mission, ses changements de QG, ses traqueurs et cet Aurore. Lui ce qu'il voulait c'était de l'action et pas se planquer dans un taudis infesté par la vermine à courir les pages de vieux bouquins.

Pour l'heure il se décida à dormir sur une oreille l'espace de deux trois heures. Il avait installé plusieurs pièges magiques, mais l'Allemand était réputé pour être méfiant. Il avait d'ailleurs un pistolet bien au chaud sous son oreiller. Son seul confort était la parure de lit et ce fameux oreiller faucher à l’hôtel. Il avait assemblé deux tables en guise de matelas et n'était pas peut fière du résultat. Ne retirant que son tee-shirt il s’allongea sur le dos sur son lit de fortune. Il avait déjà prévu son programme du lendemain. Il irait en repérage au domaine Potter et y laisserait quelques micros nouvelles générations à peine plus grands que des fourmis. Avec cela il ne perdrait pas de temps à resté sur place. Son oreillette lui fournirait le son pendant qu'il chercherait d'autres pistes. Il se demandait notamment si le ministre de la magie de l'époque n'aurait pas été informer de la destruction ou de la mise en sécurité de la pierre. Markus ne serrait pas étonner de savoir que l'ancien ministre aurait caché secrètement la pierre aux yeux du plus grand nombre. Le tout était de pouvoir approché ce vieil homme plus paranoïaque que jamais. Sa demeure était l'une des plus protégés du monde sorcier et y pénétrer relevé de la folie. 

Markus regarda sa montre qui affichait 23h45. Dans le quart d'heure qui suivrait il ajouterait encore un jour à sa mission d’exception...
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Ven 8 Mar - 13:17


    6 mars 2023

    L'entrevue s'était soldé assez positivement même si Theodore resta dubitatif et silencieux plusieurs secondes aux côtés de son stagiaire, Scorpius Malefoy. Comment pourrait-il bien lui faire comprendre le métier d'auror alors qu'il ne faisait que le commencer, lui-même ? La chose lui semblait bizarre. Plus étrange encore: habituellement, les aurors agissaient en groupe pour effectuer leur noble tâche. Là, il se devait d'agir seul. Le ministre de la magie le lui avait bien fait comprendre à la fin de son entretien. Soit Maximilian St-Clare lui vouait effectivement une confiance totale, soit il se jouait entièrement de lui. Pour l'heure, il laissait aller sa naïveté en laissant complètement de côté la seconde supposition qui ne lui avait même pas effleuré l'esprit. Pauvre enfant, il ressemblait encore à un bébé en déambulant dans les couloirs, la tête haute et l'esprit candide.

    Scorpius avait finit par lui demander ce qu'ils allaient faire. Evidemment, c'était légitime de sa part. Theodore avait néanmoins envie de lui foutre une baffe sur le champs, lui qui avait osé le troubler dans ses pensées. Il sourit doucement cependant avant de répondre le ton détaché:

    - Quelle question ! Nous allons en premier lieu étudier le dossier de notre charmant spécimen !

    Il avait décidé d'intégrer Scorpius dans ce "nous", comme en espérant qu'en l'intégrant il se montrerait indulgent face à son amateurisme. Car il était évident qu'à son âge il avait encore beaucoup à apprendre de ses aînés. Un certain Pierre Corneille disait cependant:
    "Je suis jeune il est vrai, mais aux âmes bien nées
    La valeur n'attend pas le nombre des années"
    Et sur ces belles paroles, ce dramaturge faisait un outrage à une expérience qui faisait cruellement défaut à Theodore Friedman.

    - Nous allons nous rendre chez moi, si tu veux bien. Cela nous permettra d'être au calme et de ne pas être dérangé.

    Ils continuèrent leur route vers le hall d'entrée gigantesque et magnifique du ministère de la magie où de nombreuses cheminées de grandes tailles les attendaient. Theodore invita Scorpius à faire comme lui et à répéter la même adresse. Ce qu'ils firent. Ils disparurent tout à coup dans un nuage gris de fumé. Ils atterrirent dans un appartement miteux et poussiéreux. Bien qu'étant auror et gagnant un salaire supérieur à la moyenne, Theodore se permettait d'économiser pour acheter une maison spacieuse. Le jeune homme essaya de positiver en disant:

    - Comme tu peux le voir, c'est petit mais... mais c'est petit...

    Il n'aurait pas pu dire que c'était charmant, beau ou je ne sais encore quelle bêtise.
    Au centre de la pièce, il y avait une table couverte de paperasse. Theodore dégagea la table d'un revers de la main -le rangement n'était définitivement pas son fort- et il y posa le dossier de Markus Wolfgang. Il s'assit ensuite sur une chaise à l'aspect fragile et qui craqua sous son poids et il invita Scorpius à faire de même et à lire avec lui le dossier.

    Cela prit bien trois heures avant que Theodore le referme. Il avait prit des notes entre temps et avait bien remplit cinq pages complètes de notes qu'il relu une dernière fois. Il connaissait bien son dossier à présent. Il avait découvert dans le dossier un prisonnier à Askaban qui avait connu Markus Wolfgang et qui savait peut-être où il se trouvait ou en tout cas son mode opératoire, ou en tout cas toutes informations qui pourraient se révéler utile s'il acceptait de coopérer.

    - Nous irons l'interroger demain, expliqua Theodore à l'adresse de son jeune stagiaire.

    7 mars 2023

    Et en effet, le lendemain, Theodore Friedman et Scorpius Malefoy se préparait à se rendre dans la prison la plus macabre qui soit. L'auror demanda une permission à son chef de division qui resta longtemps à réfléchir. Il finit par dire non car selon lui il ne fallait pas traumatiser un enfant de quinze ans.

    - Et si vous le faisiez venir au ministère, il me suffirait de l'interroger dans mon bureau et...
    - Vous n'avez pas de bureau, monsieur Friedman...
    - Oui bon, j'irais dans la salle d'interrogatoire et je l'interrogerais ensuite et...
    - Ah bon ? Les salles d'interrogatoires ne sont pas faites pour se curer le nez en cachette ? Vous m'en apprenez une bonne !

    Theodore était à deux doigts de lui mettre son poing dans le pif mais il s'en garda bien car ensuite il accepta de mauvaise grâce. Sa seule condition était de l'amener seulement le lendemain.

    Theodore décida donc de prendre un jour de congé pour se détendre. Il proposa à Lorcan de l'accompagner pour voir un match de quidditch. Ce qu'ils firent. Le match opposait les canons de chudley au club de flaquemarre qui remporta joliment la partie. Ils avaient dominé entièrement la partie et attrapé le vif d'or sans grande difficulté.
    Il était tard.

    Ils rentrèrent chez Theodore qui tomba comme une masse sur son lit, laissant le canapé rouge où il pouvait voir ressorti un bon nombre de ressorts à Scorpius.

    8 mars 2023

    C'était donc le jour de l'interrogatoire du criminel que Theodore attendait avec impatience. James Howard, voilà comment s'appelait cette crapule, ce bandit de bas étage, ce pauvre homme dénué d'intelligence et d'une grande brutalité selon le rapport. Il serait inutile de donner une description complète du personnage car il suffisait de le regarder pour savoir qu'il avait des manières rustres et que la bagarre commençait facilement chez lui.
    Theodore n'avait pas le droit d'utiliser de veritaserum. Shacklebot, lors de son mandat, avait jugé cela inhumain, de même que la torture. Il a fallait donc passer par la psychologie. Génial...

    Ils restèrent longuement face à face en silence. Theodore le fixait d'un air supérieur, James baissait les yeux. Et Scorpius attendait derrière la vitre teinté. Il pouvait tout écouter, mais pas intervenir. Finalement, Theodore rompit le silence en disant:

    - Alors, monsieur Howard... que savez-vous de Markus Wolfgang ?

    Spoiler:
     


Dernière édition par Jacob Dragonneau le Ven 8 Mar - 13:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Obscuro Momentum
♣ Fondateur ♣
avatar
Messages : 489
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage:
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Ven 8 Mar - 13:17

Le membre 'Jacob Dragonneau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas
http://obscuro-momentum.forumactif.com
Scorpius Malefoy

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 17/07/2012
Age : 21

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 16 ans
Double-compte: Aaron Moore
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Ven 8 Mar - 15:01

- Quelle question ! Nous allons en premier lieu étudier le dossier de notre charmant spécimen !

Je du me retenir par je ne sais quels façon d'ailleur de lui renvoyer en pleins dans la figure que ne n'étais absolument pas Aurore et que je n'avais aucune idée de ce qu'il y avait à faire. Mais je me contenta de ne rien dire, ne voulant pas mettre une trop mauvaise ambiance tout de suite, j'allais tout de même rester trois semaines au côté de lui.

Tout de suite après cela nous prenions une cheminette pour arrivé chez Friedman, je mettais attendu à tout, sauf à ça. Quand toute les flammes vertes eurent finis de me faire tournais, je pouvais admiré ce ... Ah oui appartement.

- Comme tu peux le voir, c'est petit mais... mais c'est petit...

Je regardais mon mentor d'un drôle d'aire, avait t-il essayer de faire de l'humour ou essayais t-il d'être perspicace ?

- Es donc ça le salaire d'un Aurore. Grandiose.

Je mettais retenu de le dire tout fort, mais même dans chuchotement cela avait pu s'entendre. Je pausais mes affaires dans un coin de la pièce en me demandant où j'allais bien pouvoir dormir, l'appartement ne posséder pas t'en de pièce que cela et sur le coup je me dit que je n'avais aucune envie de passer trois semaine la dedans.

Juste après cela, Théodore pausa son dossier contentant plusieurs dizaine de page sur la table. A la vue de t'en de page je pria en mon fort intérieur que je ne sois pas obligé de lire moi aussi, raté. J'en fut moi aussi obligé, mais au fur et a mesure de la très longue lecture je me mis à apprécier lire les exploits de ce type, il me plaiser bien et a différent moment je ne me cacher pas d'un sourire à le vue de temps de mort Moldue qu'il avait pu faire quelques années au par avant. Plus je prenais consciance du dossier, plus j'avais envie qu'on mette la mains sur lui pour que je puisse le rencontré, mais bien évidement nous de devions pas mettre la mains sur Wolfgang. St Clare avait était clair la dessus.

Après avoir mis bien longtemps à finir de lire ce dossier, Friedman m'annonçais que nous irions interroger un autre criminel à Azkaban le lendemain même. Un léger picotement ce fit avoir dans mon ventre, je voulais y allais. Mon grand père y avait était enfermer et m'en avait souvent parler pendent ses moment de délire de totale et d'autre personne de ma famille aussi y avait était, je voulais allais voir. C'est avec cette pointe d’excitation que je m'endormis.

7 Mars

C'est avec le pire des mal au do que je me levais le lendemain, le canapé était pire que inconfortable et c'est avec le pire des regard noir et sans un mot adresser à mon mentor que nous partions en route pour Azkaman. Je mettais fait une fausse joie, car ce très gentil Theodore ce senti obligé demandé la permission à son supérieur pour que nous puissions y allais interroger cet autre criminel. Pendent que j'attentais dans le couloir des bureaux que Friedman sorte je m'exclamais à haute voix.

- Tss, être obligé de demandé la permission, c'est un vrais Aurore ou non ?

Puis il sorti et m'annonçais la réponse qui fut bien comme je mis attendais, non. Peur de me choquer, moi ? De nouveau je lançais un regard noir a Friedman, les quelques semaines allaient être bien long si il supprimer les quelques trucs intéressent qui pouvais mettre un peut de piment à mon stage.

Le reste de la journée s'avéra être fort ennuyante, mon maître de stage pausa une journée de congé et nous avions passer la journée dans l'ennui la plus totale pour moi. Je fut tellement déprimé de cette ennui que dés que j'en n'eus l’occasion je mettait écarté de mon Mentor quelques minute pour pouvoir fumer cette chose moldu appelé Cigarette. Poudlard qui n'étais pas une école de Saint m'avait fait découvrir cela, que Draco utiliser aussi, c'était fort mauvais, mais aujourd'hui je l'appresier plus qu'autre chose.

Ce ne fut quand fin de journée qui me plu le plus. Un match de Quidditch ! Deux équipes un peut connus, un match fort divertissant et c'est avec plaisir que j'admirais Lyse Dorpaz, l'attrapeuse du club de flaquemarre, utiliser ses diverses technique personnel pour mettre fin au match, ce quelle réussis brillamment à faire, ce match ne me fit qu’amplifier m'en envie de devenir Attrapeur dans une grand équipe. Après cela nous rentrions et je du m'endormir une fois de plus sur l’atroce canapé rouge tout débrailler de Friedman, en plus quelle idée, rouge ! Vert aurais était de meilleur gout.

8 Mars

Le lendemain fut le grand jour où nous devions allaient interroger James Howard, l'autre criminel qui aurais connu Wolfgang. Interrogatoire ce dérouler dans une petite pièce muni d'une table. Je fut obligé d'attendre derrière la vitre teinté. Quand interrogatoire débuta je fut surpris de voir que le détenu détenais pas mal d'information sur Wolfgang et c'est à ce moment pressis que je compris que je mon rôle dans toute cette histoire, l'enquête ne devais pas avancé et je devait resté discret la dessus. Je n'écoutait interrogatoire que d'une oreille, j'étais concentré à essayer de trouvé comment ne pas faire avancé l'enquête trop vite. Quand Friedman me rejoignit derrière la vitre et que le détenu reparti que j'ouvris la bouche.

- Qu'est ce qui nous prouve bien que tout cela est vrais ?

J'eus un léger sourire insolant avant de poursuivre.

- Rien nous prouve que ce qui vient d'être dit est vrais et vous pourriez repartir en ayant avaler toute sorte de choses fausse. Vous êtes Naïf ? Je vous rassure sa ce vois et si moi j'ai pu le remarquer, rien nous prouve que notre abrutie de détenu ne l'est pas remarquer aussi.

Je fini mon baratin d'un haussement de sourcils bien visible, l'avais je touché ? sans était l'intension de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis D.Dragonneau

avatar
Messages : 679
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 22
Localisation : Cachée dans une épaisse forêt vierge.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: oui→ Romain Lesage et Pearl Smith
Travail/Etudes: Princesse Sorcière en mal de reconnaissance.

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Sam 9 Mar - 8:37

Markus Wolfgang...



11 Mars 2023


Markus, visiblement joyeux, avançait le pas léger. Il n'était même pas encore 6h00 du matin qu'il avait déjà fini son principal objectif de la journée. Il n'avait dormi que trois heures, mais il se sentait en forme. La déception de la veille lui avait donné du tonus et il comptait bien reprendre le dessus. Il revenait tout juste du domaine Potter et malgré ses 2h00 de repérage il avait trouvé l'endroit plutôt sous protéger. Il y avait de quoi dissuader les petits voleurs, mais pas assez pour un sorcier psychopathe. Il n'avait pas visité la maison, il c'était simplement contenter de trouver le bon bureau d'y installer un micro et de déposer un croquis de la fameuse pierre. Ce genre de piège marchait étonnamment bien. Bien qu'il soit extrêmement simple, c'est cette simplicité qui provoque chez l'ennemi des doutes. Des doutes qui leur faisaient faire des erreurs. Markus n'avait aucune idée si ce Harry Potter pouvait lui fournir de bonnes informations. Il optait plutôt pour l’ignorance de celui-ci. Qui aurait confié à un gamin un tel secret ? L'on lui avait surement dit une part de vérité camouflé par un énorme mensonge.

Markus se trouvait dans les rues de Londres légèrement camouflé ou plutôt pas du tout. Il n'avait qu'une paire de lunette de soleil qui aurait pu cacher son identité. Il détestait se cacher, il aimait se montrer être admiré. De plus il se trouvait dans un cartier moldus, là il n'y avait aucun risque. Il allait rendre visite à son acolyte. Il avait besoin de ses services une dernière fois. Il ne connaissait rien sur ce shakelbots hormis les grandes lignes et aimerait bien savoir ce qu'il c'était produit dans la vie de ce ministre au moment de la disparition de la pierre.
Il arriva dans un cartier mal famé, mais où la fouine avait ses habitudes. Là il avait pour habitude de faire quelque trafique de drogue en tous genres. Pénétrant dans un cul-de-sac il reconnut la silhouette si particulière de ce fouineur. La lumière ne lui allait pas bien au teint, il semblait s'être recouvert d'une pellicule de cendre et ressemblé à un SDF.

La fouine l'ayant remarqué, le rejoignit sans hésitation. Il lui tendit la main que Markus esquiva. Il n'était pas là pour des banalités de ce genre. Il sortit une cigarette d'un paquet qu'il jeta vide sur le sol et qu'il alluma. Il inspira une première fois avant de débuter.

« Avec tout le fric que tu gagnes en vendant tes informations, il faut quand même que tu fasses le dealeur dans un endroit aussi pourri... Il soupire... Bref, j'ai besoin d'une formation sur Shakelbots au moment de la disparition de la pierre. »

La fouine passa sa main sur sa barbe de trois jours. Durant cette période il y avait eu pas mal de grabuge. Le ministre avait été contraint de voyager souvent.

« Beaucoup de déplacement... Notamment au Canada et en Égypte. Il avait disparu un moment, mais où ... »

La fouine avait levé les épaules en l'air et Markus voyait une nouvelle fois sa mission stagné. Il prit une bouchée de cigarette et la jeta. 

« Ce n'est pas grand-chose tous ça... Au fait vaudrait mieux que tu quittes le pays. J'ai un Aurore au Basque et je préférerais qu'il ne te tombe pas dessus. Je risquerais de mal le prendre et un accident de travail est si vite arrivé. »

La fouine avait ouvert grand les yeux. Il savait bien de quoi voulait parler Markus et savait pertinemment qu'il n'était pas le genre à plaisanter. La fouine se savait pas irremplaçable et préférée rester en vie. Mourir entre les mains d'un tueur ne serrait pas une partie de plaisir.

« C'est vous le patron... J'ai un autre truc pour vous. »

Markus qui avait déjà commencé à s'éloigner se retourna de nouveau face au type qui se rapprocha une nouvelle fois.

« On vous a vendu. »

Le tueur avait froncé les sourcils, il se rapprocha dangereusement de son informateur qui lâcha vite le morceau.

« Un type à Askaban... Il aurait été sortie de sa cellule il y a quelques jours... Y paraîtrait que vous le connaissiez. »

Markus avait agrippé la fouine. Son visage était plus qu'effrayant et l'envie de faire de lui de du pâté pour chat lui traversa l'esprit.

« Un... un... Certainn... euh... Ja... James ! »

Laissant tomber la fouine dans un bruit sourd l'Allemand soupira.

« Il doit sortir quand ? S'il m'a effectivement vendu il devrait bénéficier d'une petite remise de peine. Je n'ai pas le temps de m'occuper de lui, alors tu vas te renseigner à son sujet, tu vas me sortir toute sa petite vie, parent, femme, enfant etc. Et je réglerais tout ça. Ce tas de muscle regretterat vite d'avoir croisé un jour mon chemin ! »

Markus rebroussa chemin. Il se souvenait vaguement de ce James, mais il savait que le tuer serrât comme fendre en deux une buche de Noël avec une tronçonneuse. Peu de personnes avaient l'opportunité de pouvoir le vendre et ce type servirait d'exemple à tous les autres qui serraient tenter de le faire.
Il entra dans un café, commanda une bière et s'installa sur une banquette. Il sortit une feuille ainsi qu'un stylo et enfila une oreille qui ressemblait à un kit mains libres. Il était 7h00 la famille Potter devait doucement se réveiller.
Il resta dans ce bar toute la fin de mâtiner ainsi que toute l’après-midià écouter Harry Potter dans son bureau, notant les informations dont il avait besoin.


Spoiler:
 


Dernière édition par Artémis D.Dragonneau le Sam 9 Mar - 8:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Obscuro Momentum
♣ Fondateur ♣
avatar
Messages : 489
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage:
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Sam 9 Mar - 8:37

Le membre 'Artémis D.Dragonneau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas
http://obscuro-momentum.forumactif.com
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Lun 11 Mar - 15:38


    6 mars 2023

    Depuis le début, Theodore sentait bien que Scorpius ne lui portait aucun respect et qu'il le méprisait même. Le jeune auror faisait mine d'ignorer ses pointes d'agacements et d'énervements, mais il était sûr qu'avant d'avoir mis Markus Wolfgang à Askaban, il aurait foutu une gifle à ce gosse. Non mais franchement ! C'est pas parce qu'il était le fils de ce couard qui avait était un pseudo mangemort durant le règne de Lord Voldemort qu'il pouvait tout se permettre. Pour le moment, il lui permettait une pointe d'insolence. Pour le moment.

    Ne pas relever, ne surtout pas relever.

    Ils se rendirent donc dans l'appartement et c'est là que Scorpius osa marmonner bêtement:

    - Es donc ça le salaire d'un Aurore. Grandiose.

    Theodore pinça les lèvres et sentit une démangeaison étrange: l'envie de lui foutre un avada kedavra vite fait et qu'on n'en parle plus. Maximilian St-Clare lui avait mis une plaie sur le dos, un râleur, un paresseux, un être condescendant et trop sûr de lui. Il était grand temps de le remettre à sa place:

    - Un auror gagne un bon salaire et peut même se permettre de devenir riche en grimpant les échelons. Il se trouve que ce "ça" que tu désigne, cet appartement que tu dénigre de ton visage méprisant, c'est le legs de mon grand-père décédé qui travaillait dans une petite boutique et qui gagnait un salaire de misère. Tu te trouves dans l'oeuvre de sa vie: l'appartement qu'il a acheté à mon père avec une immense fierté parce qu'il avait payé une somme qui lui paraissait astronomique, mais que ton père gagne certainement en moins d'une semaine. Alors non, monsieur Malefoy, qui que vous soyez, je ne vous permet pas de vous montrer aussi désagréable. Il est évident que je ne vivrais pas toute ma vie ici, mais il faut en attendant que je rembourse mes études et que j'économise pour avoir un lieu de vie potable. Economiser, cela vous dit sûrement rien puisque vous avez tout ce que vous voulez, vous êtes un enfant-roi. Et ce sont des personnes comme vous qui ont été au gouvernement durant toutes ces années et en ce moment même, et qui dilapide les ressources de l'Etat sans réfléchir !

    Ensuite, Theodore commença à lire le dossier de Markus Wolfgang. Il invita Scorpius à en faire de même. Puisqu'il était en stage, autant qu'il lise aussi les petites quinze pages qui se trouvaient sur la table. Il ne semblait pas être très décidé. Lui mettre un paresseux pareil ! Non mais franchement ! Il ne lui prévoyait qu'un avenir certain dans son manoir et le pire c'est qu'il vivrait bien et dans le luxe. Cela le dégoûtait de penser que des personnes comme lui, qui travaillaient d'arrache-pieds chaque jours pouvaient gagner moins que ce garçon qui n'avait visiblement aucun talent particulier, sinon celui de le foutre en rogne au quart de tour !

    Finalement, Theodore prit un tableau et y colla une photo de Markus Wolfgang qu'il relia à plusieurs autres personnes qui avaient été de son entourage et plusieurs lieux où il avait commis ses crimes ou alors où on le connaissait. Il recula de deux pas, et satisfait de lui, décida à se coucher après avoir manger en compagnie de son taciturne stagiaire.

    7 mars 2023

    Cette journée-là, Theodore avait résolu d'interroger James Howard, un criminel qui avait parfaitement connu Markus Wolfgang et qui avait même collaboré avec lui pendant un temps. Pendant un temps. Et çà, et là, cet insaisissable entité semblait s'amuser à passer trop rapidement, à venir et à partir. Et surtout à partir. Il n'était encore qu'un jeune auror, mais il lui semblait qu'il avait encore huit ans hier, et que le lendemain il en aurait soixante. Etait-ce là la véritable vie souhaité ? Trimer comme une bête pour un bon salaire et finir sénile sans avoir profité d'un repos bien mérité, pris avec la maladie et les douleurs.
    Carpe Diem.

    Evidemment, faire sortir un prisonnier de sa cellule n'était pas une entreprise aisé et il fallait que tout soit bien coordonné pour que le tout ne chavire pas. Un bandit en cavale, il y en avait déjà un et il avait pour nom Markus Wolfgang. Alors autant ne pas rajouter James Howard sur la liste.

    Theodore relu rapidement le dossier de James Howard. Il était américain. Il avait perdu très tôt son père et sa mère. Influencé par des groupes mal-famé, il était devenu un petit voleur très doué et avait côtoyé le domaine de la prostitution quelques temps mais il ne gagnait pas grand chose. Et les puissants payent tant pour se débarrasser de leurs opposants... Une belle somme. Il avait trente-cinq ans et il avait déjà collaboré des dizaines de fois avec Markus Wolfgang. Il le connaissait donc parfaitement.

    Malheureusement, le temps de tout préparer, son chef lui dit que l'interrogatoire devait être remise à demain.

    Soucieux d'essayer d'améliorer son rapport avec son stagiaire, Theodore pensa un instant à lui libérer sa journée. Mais encore une fois le moutard lança une phrase énervante dont il avait le secret et à haute voix pour bien se faire entendre:

    - Tss, être obligé de demandé la permission, c'est un vrais Aurore ou non ?
    - Oui en effet, tout auror est obligé de suivre la procédure. L'administration est peut-être lente, mais c'est ce qui permet de ne pas créer un chaos incontrôlable. Imaginez que mal préparé on sorte ce James Howard et qu'il s'évade durant son transport... que pourrions-nous faire ? Nous sommes dans une société civilisé qui essaie de contrôler la criminalité le plus possible. Mais peut-être l'ignoriez-vous puisque les Malefoy ont un même été du côté d'un monstre en 1998, si je ne me trompe pas...

    Que cela pouvait faire du bien de le remettre à sa place !

    Ils allèrent finalement regarder un match de quidditch. Même après ça, Theodore avait espoir que sa relation avec Scorpius soit meilleure, ou qu'au moins elle n'empire pas. Ce qui était loin d'être gagné.
    Ce garçon était tellement heureux devant un match de quidditch. Son père le forçait-il à suivre un stage d'auror ? Non mais Scorpius n'était pas attiré par le métier d'auror ! On lisait dans ses yeux comme dans un livre qu'il voulait devenir joueur professionnel de quidditch. Peut-être même qu'il était doué, si cela se trouvait ! On avait toujours dit à Theodore qu'une personne était toujours bonne en quelque chose. Cet être méprisable était donc bon pour attraper une petite baballe doré volante, à défaut d'avoir le pouvoir de rendre le monde un peu meilleure et d'y travailler comme un forçat, mais en étant satisfait du devoir accomplit.

    8 mars 2023

    James Howard se montra assez bavard bien qu'il ne savait pas grand chose en réalité. Il lui vendit plusieurs noms de criminels arrêtés ou encore en liberté qu'on pensait être d'honnêtes personnes. Il lui expliqua aussi les nombreux endroits où il était susceptible de se trouver, même s'il essayait de changer très souvent, selon lui. Il expliqua aussi son mode opératoire pour changer d'endroits. Il ne choisissait pas un lieu au hasard. Theodore se retourna vers la vitre teinté où devait se trouver Scorpius, puis, il chuchota à l'oreille de James pour qu'on ne l'entende pas:

    - Que donneriez-vous pour la liberté, James ?
    - Ah ! Non je ne marche pas... vous allez me faire une promesse que vous n'allez pas tenir...
    - Au contraire ! Supposons que vous puissiez sortir dès le 11 mars, par exemple...
    - Je ne vous crois pas...
    - Vous seriez toujours sous contrôle du ministère et votre liberté serait conditionnelle... On pourrait vous trouver un emploi honnête... A une condition.
    - Laquelle ?
    - Contacter Markus Wolfgang et lui demander un rendez-vous. Trouvez n'importe quel prétexte. Je serais là pour assurer vos arrières !

    La discussion n'avait pas pu être entendu par Scorpius, ni par aucune autre personne d'ailleurs. James accepta.

    Theodore s'attendait, en sortant, à ce que Scorpius détruise son travail. Il le traita de naïf par dessus le marché. Ce que l'auror considéra d'un oeil presque amusé.

    - D'abord, c'est vrai que depuis que le veritaserum a été interdit lors des interrogatoires par Shacklebot, cela a rendu la tâche plus dur. Mais ces pistes que James Howard nous donne sont les seuls que nous ayons. Et croyez-moi, monsieur Malefoy, un auror sait discerner le vrai du faux dans les yeux d'un détenu. Et tout ce qu'il dit est vérifiable. Un mensonge est vite découvert quand on découvre que la piste suivie est fausse. Si vous voulez devenir auror, ce que je doute fortement, il faudra vous attendre à lier et délier une affaire sans en comprendre le but ni la nature, tout en espérant trouver un semblant de logique derrière tout ça.

    Les jours suivants, Theodore prit congé et décida de libérer Scorpius en lui disant que cela n'avait pas grand intérêt qu'il reste dans son appartement pendant ce temps-là. Il l'invitait cependant à voir un match de quidditch dans la semaine suivante quand ils auraient reprit le travail.

    Scorpius ne pouvait qu'accepter.

    12 mars 2023

    Theodore ne prévint pas Scorpius qu'il était retourné au boulot ce jour-là. Il accompagna James Howard vers la sortie et vérifia une dernière fois que le bracelet inviolable attaché à sa cheville fonctionnait bien.

    - Je pourrais savoir où vous serez où que vous soyez.

    Theodore n'était pas fier de lui, mais il venait de libérer un dangereux criminel, et ce, sans l'assentiment de ses supérieurs. En somme, il venait de faire évader un prisonnier. Mais il fallait le faire. Quelque chose lui disait que St-Clare lui avait donné cette mission uniquement dans un but de le manipuler.

    James Howard alla voir la fouine et lui demanda un rendez-vous avec Markus Wolfgang et que c'était aussi urgent que confidentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Scorpius Malefoy

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 17/07/2012
Age : 21

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 16 ans
Double-compte: Aaron Moore
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Mar 12 Mar - 15:49

« D'abord, c'est vrai que depuis que le veritaserum a été interdit lors des interrogatoires par Shacklebot, cela a rendu la tâche plus dur. Mais ces pistes que James Howard nous donne sont les seuls que nous ayons. Et croyez-moi, monsieur Malefoy, un auror sait discerner le vrai du faux dans les yeux d'un détenu. Et tout ce qu'il dit est vérifiable. Un mensonge est vite découvert quand on découvre que la piste suivie est fausse. Si vous voulez devenir auror, ce que je doute fortement, il faudra vous attendre à lier et délier une affaire sans en comprendre le but ni la nature, tout en espérant trouver un semblant de logique derrière tout ça. »

Au fait j'en avait rien à faire de sa réponse, je voulais juste essayer de semer un peut le doute dans l'esprit de Friedman, malheureusement sa n'avait pas était suffisent, sa n'avait rien n'était en fait. Mais juste quelques mots avais résonner dans ma tête, ceux qui déclenchèrent une fureur noir en moi. Si vous voulez devenir auror, ce que je doute fortement. Penser t-il vraiment que j'en sois incapable ? Me croyais t-il faible ? Je n'avais aucune envie de devenir Auror et mon avenir était faite de Quidditch rien de plus, mais j'étais fort, je le savait et je n'allais pas laisser ce donneur de Leçon croire que j'étais faible.

Les jours qui suivait Friedman pris de nouveau congé et c'est presque si j'eus l'impression qu'il était comme on le dit si facilement de nos jours, payer à rien foutre. Enfin vue son appartement, le salaire devait être a la hauteur de ses exploits, c'est a dire minime. Pendent ce temps ci je pus sortir librement où je le voulais, de toute façon je ne compter pas vraiment lui demandé son avis, c'était clair, je ne l’apprécier absolument pas et a mon plus grand plaisir c'était réciproque. Ce temps passer seul a vagabonder dans les rues de Londres je réfléchissante à une façon de faire reculer l'affaire et je n'en avait bien aucune idée et bientôt je commençais à doutait d'avoir bien fait de partir sur de mauvaise base avec Friedman. Si il avait eu un peut confiance en son stagiaire, il m'aurais confier certaine chose sur l'affaire qui m'aurais aidée dans ma tâche. Mais c'était trop tard et je n'avais aucune idée d'aller présenté des excuse a mon Mentor.

Dans les quelques jours passer à pouvoir être seul, j'envoyais un hiboux a St Clare pour le prévenir de toute les chose que Friedman m'avait fait partager sur la traque du criminel rechercher. Je lui confier aussi interrogatoire que Friedman eu avec James Howard, que celui ci avais lâcher plusieurs information importante sur notre fugitif. En écrivent la lettre je me rendit bien compte que depuis le début je n'avais rien fait de ce que m'avait demandé St Clare et un pointe d’anxiété ce fit sentir, si je ne fessait rien, Markus Wolfgang serais attraper par Friedman, ma mission serais échouer et j'ignorais totalement les conséquence que cela pourrais avoir. La première chose qui me vient à l'esprit fut mon père, travaillant au ministère il pourrait avoir de gros problème, sans compté que je ne savait toujours pas pourquoi Wolfgang devait reussir la tâche confier par le Ministre de la magie et a coup sur quelques chose de très important. Je devait agir, au plus vit ou ce serais trop tard.

12 Mars.

C'est en me réveillent ce matin la que je fut étonner d'une chose, il était 9h passer. En générale mon Mentor me réveiller à 9h pile et j'avais plutôt intérêt à me lever rapidement. Je fit un rapide tour de l'appartement et cela ne me demanda guère de temps vue le peut de surface, mais il n'y était pas. Depuis mon arriver, il me prévenait toujours de nos dépars et la pointe d'anxiété qui ce trouvé en moi, amplifia d'un coup, avait t-il nos relation tendu l'avais t-il fait partir enquêter seul ? Cela voulais dire qu'il avait une piste, avait t-il peut que je face tout capoté ? Il fallait que j'agisse au plus vit. Je fessait les cent pas dans la petite pièce du salon quand sans faire vraiment attention je fit tombé un verre qui ce cassa en un grand fracas. Puis une idée me vient. Sans prendre vraiment le temps de mettre mon plant au point je me précipité vers une pile dossier empiler sur une petite table et chercha celui de Wolfgang, une fois trouvé je le pausais sur mes affaires et donna un grand coup de pied dans la petite table contenant les dossier, cassant au passage le pied de la petite table.

Une petite bibliothèque contenait plusieurs livre que je commençais à faire tombé un a un, puis une pulsion me vient et je mis toute ma force pour la renverser et je la regarder s'écraser contre le sole. Je du mettre une bonne demie heure à retourné la totalité de l'appartement mes affaire y compris, mon plans consister à faire croire à un cambriolage, caché ou détruire le dossier sur Wolfgang, tout sa dans le but que Friedman pense que ce dernier eu compris. Lui faire peur, c'est ce que je voulais. Je pris ma baguette et pausa le dossier de Wolfgang sur le sol et pointé ma baguette dessus. Je n'avait pas le droit de l'utiliser sans la présence de mon Maitre de Stage mais St Clare m'avait demandé quelques chose et je servais de ma baguette pour l'accomplir. Sans plus chercher d’excuse je lançais mon sort.

« Incendio ! »
Spoiler:
 


Puis j'entrais dans la cheminé de l'appartement, grâce à la poudre de cheminette je dit clairement le nom du chef de division de Friedman et quelques seconde plus tard je me retrouvé entouré de flamme verte dans un bureau avec plusieurs visage tourné sur moi. Je pris une voix apeuré.

« Friedman à était cambriolé ! Je suis sorti pour envoyer une lettre tôt ce matin et quand je suis revenu l'appartement à était complètement saccager et j'ignore ou est Theodore Friedman ... »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Obscuro Momentum
♣ Fondateur ♣
avatar
Messages : 489
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage:
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Mar 12 Mar - 15:49

Le membre 'Scorpius Malefoy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas
http://obscuro-momentum.forumactif.com
Artémis D.Dragonneau

avatar
Messages : 679
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 22
Localisation : Cachée dans une épaisse forêt vierge.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: oui→ Romain Lesage et Pearl Smith
Travail/Etudes: Princesse Sorcière en mal de reconnaissance.

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Mar 12 Mar - 17:11

Markus Wolfgang...



Quand Markus avait appris que James voulait avoir un rendez-vous avec lui, il n'y avait d'abord pas cru. Il pensait que Fouine, sur le point de quitter le pays, voulait lui faire une blague ou le cadeau de lui livrer Howard sur un plateau d'argent. Mais l'affaire paressait la plus sérieuse. Pourtant tout cela sonner faux aux oreilles de Wolfgang. James devait pourtant savoir que cette entrevu lui couterait la vie. Ils avaient collaboré ensemble plus d'une fois et même si cette armoire à glass n'avait pas un soupçon d'intelligence il devait connaître quel était le prix d'une telle trahison.
Markus avait lui-même imposé l'heure et le lieu de rendez-vous. La fouine avait donné les instructions à James et sous les yeux même de son patron avait quitté l’Angleterre pour une durée indéterminée.
Le lieu était la fameuse entreprise désaffectée où il séjournait, la date était le 13 mars, l'heure 3h30 du matin.

Le tueur c'était donner toute la journée du 12 pour réfléchir à cela. Il cherchait quel mode opératoire il allait utiliser pour envoyé ce voyou aux enfers. Il voyait le piège venir à lui et il en était tout heureux. Cette entrevu lui donnerait la partition à jouer contre ce Friedman. Il savait bien que c'était lui qui se cachait sous cette mascarade. Le piège était bien trop évident. Même si James leur avait fourni de nombreuses informations il était impossible qu'il puisse obtenir la grâce si facilement ou un bracelet. Howard serait suivi, suivi par cet Aurore. Un Aurore qui devait avoir une autre idée en tête. Sous ce piège à nain se cachait surement un piège à dragon.

* * *

« Vous avez compris ? »

Markus dévorait des yeux les personnes qui se trouvaient en face de lui . Il lui avait été facile de leur demander ce genre de petit service. Il n'avait eu qu'à leur faire tout un spitch et à leur sortir une pince à billets bien garnis à se partager. Il trouvait dommage d'impliquer de telles jolies filles dans une telle histoire, mais il n'avait pas froid aux yeux et elles non plus.
Une à une elles lui répondirent oui, avec des sourires exquis. Il avait devant lui un lot d'une grande qualité. Des sorcières de bas étage, mais qui avaient bien d'autres choses à proposer, comme rendre des services ou une tout autre chose beaucoup moins chrétienne. C’était bien ce qu'ils allaient faire lorsqu'une dernière arriva une mallette à la main. Markus se dégagea de toutes ces mains et récupéra la mallette qu'il ouvrit sans attendre.

« Tout vous convient Monsieur Klaus . »

Il inspecta soigneusement tout le matériel demandé. Rien n'avait été oublié, tout était parfaitement en ordre. Il referma la mallette qu'il jeta sur un vieux bureau pour en revenir à ce qu'il était.

« C'est Parfait joli cœur. »

La prenant par la main il se jeta sur l'arrangement de literies installer par ces dames. Il regarda sa montre qui indiquait 22h00 et poursuivi...

« Nous n'avons plus qu'à clôturé tous cela mesdemoiselles ! »

* * *

Il était 3h00 et il restait encore peu de temps avant que Howard arrive accompagné secrètement par ce Théodore Friedman. Alberich ou de son vrai nom Markus avait fini de tout installer. Tout était parfaitement en place pour réussir au mieux le plan qu'il avait préparé. Il n'avait guère mis beaucoup de temps à l'élaborer, mais il le trouvait digne des plus grands. Les filles avaient enfilé des vêtements masculins et ils ne leur manquaient plus que la potion. Une potion qu'affectionnait beaucoup Markus. Au fil des années il était devenu spécialiste en la matière, la potion de polinectar n'avait plus aucun secret pour lui.

* * *

Toquant leurs verres toutes ensemble elles engloutirent le breuvage répugnant d'un trait. La transformation fut rapide pour chacune d'elles. Une à une elles prirent une taille d'homme, la corpulence d'un homme, les traits d'un homme si bien que quatre Markus Wolfgang se trouvaient dans l'usine. Tous les quatre s'installèrent à des coins différents de la pièce. Une pièce d'au moins soixante-dix mètres quarrée. L'un s’installa sur le lit de fortune se trouvant tout au fond, un autre alla s’asseoir sur une table qui donnait directement sur l'unique porte d'entrée de la pièce, le troisième s'appuyait le long d'une des seules fenêtres qui possédait encore tous ses carreaux et enfin, le dernier se contenta de rester debout au milieu. Ce stratagème amusait beaucoup Markus qui attendait impatiemment de voir ses deux invités pénétré dans son repaire. Il n'avait pas l'intention , pour l'instant, de tuer cet Aurore. Pour l'heure il voulait faire taire James.
C'est ainsi que le silence s’installa. Pas uns ne faisaient un bruit pas même Markus. Chacun attendait l'heure à laquelle avait été prévu la rencontre. La porte ne s’ouvrirait qu'à 3h30 lorsque le sortilège, dont elle avait été imprégner, la ferait s'ouvrir.
Markus savait qu'ils étaient déjà là, juste derrière la porte. Une porte qui finit par s'ouvrir à l'heure exacte de 3 heures et trente minutes du matin...
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Jeu 21 Mar - 14:23


    3h00.

    Le matin. Il faisait encore nuit noire. Theodore était aux aguets. Il n'était pas venu seul. Il avait réussit à convaincre trois de ses amis tireurs d'élites et trois autres amis ayant une formation de garde du corps de l'accompagner dans sa mission suicide. James Howard ignorait qu'on le suivait. Du reste, la nervosité se faisait sentir chez lui. Il se savait mal accueilli d'une part ou d'une autre. Il faudrait jouer serré. Le tout était de ne pas perdre pied.

    Il attendait le temps d'intervenir et durant ce temps, son esprit s'égarait en d'autres lieux. Il s'imaginait quelques scènes imaginaires dans lesquelles des faunes et des nymphes se disputaient dans un espace de verdures, de forêts sauvages et tranquilles. Il y avait un court d'eau bruyant à côté et le ruisseau prenait une teinte transparente. On aurait dit du cristal. Cela avait l'air beau et fragile. Oui, son esprit s'égarait bien trop facilement.

    En dehors de ces mondes mythologiques qui surgissaient dans sa tête trop pleine, il revoyait des souvenirs qu'ils croyaient disparus. Certains agréables, d'autres beaucoup moins attrayant. Il se rappelait de son ennui passé, des objets ridicules de son stress. N'y avait-il pas des échéances de travail avant, à Poudlard ? Cela ne changeait pas grand chose avec ce qu'il vivait là, maintenant. Il ne devait pas traîner à régler des affaires importantes. La différence c'est qu'il risquait d'y laisser sa peau à chaque fois. Ce Markus Wolfgang était un sorcier redoutable. Theodore l'était tout autant, mais il avait l'inexpérience qui laissait présager sa défaite. On lui prévoyait un futur hors du commun tant il était doué. En tout cas, il travaillait dur pour devenir quelqu'un alors qu'il n'était personne pour l'heure. Il se voyait bien directeur du bureau des aurors à quarante ans. Et pourquoi pas une carrière politique ensuite ? On verrait bien. Il n'avait que vingt-deux ans.

    ***

    James Howard entra d'un pas peu sûr. Il avait un sourire mal-assuré et le teint blafard. Il salua de la tête tous les Markus. Il s'attendait à un tel stratagème de la part de son ancien coéquipier.

    - Alors, lesquelles ne sont pas des putes sous ce masques de polynectar ? demanda-t-il dans un rire nerveux. Allez, trève de plaisanterie. J'ai des communications importantes pour le vrai Markus. Des hommes de l'aurors sont dehors. Mais je peux l'aider à s'en sortir... Seulement, vous ne pouvez pas vous en sortir en me tuant ainsi. Vous transplanez ? La belle affaire ! Ils l'ont prévus, votre transplanage sera transplané, de même pour la poudre de cheminette. Mais je peux encore vous être utile. Alors ne me tuez pas. Je ne sais pas où tu te trouve Markus, mais au nom de notre ancienne amitié... bon, non... au nom de notre ancien travail qui nous a uni tant de fois, je t'en conjure, écoute-moi et abandonne ton stratagème ridicule. De toute façon, ces femmes parlent encore comme des femmes. Elles ne pourront imiter ta voix... je verrais toutes entourloupes. Je te connais.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis D.Dragonneau

avatar
Messages : 679
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 22
Localisation : Cachée dans une épaisse forêt vierge.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: oui→ Romain Lesage et Pearl Smith
Travail/Etudes: Princesse Sorcière en mal de reconnaissance.

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Dim 24 Mar - 17:33

Markus Wolfgang...



Deux, quatre, six... Il était aussi faible que cela pour demander autant de renforts . Mon piège fonctionnait à merveille. Chacun d'entre eux pensait que sous ces quatre Markus se trouvait le véritable. J'avais tout prévu. J'avais déjà eu l'hypothèse que ces aurores viendraient en surnombre . De ma lunette de sniper je voyait tout ce beau monde. Ils étaient furtifs, bien installer et de l'intérieur du bâtiment personne n'auraient pu envisager qu'ils se trouvaient là. Je m'étais demandé, au début, si l'endroit où je me trouvais n'était pas trop éloigné de l'usine et j'avais la confirmation que non. Mon oreillette m'avait transmis les paroles de ce James. Il était encore plus pitoyable que ce que je m'imaginais. Pensait-il vraiment que j'avais besoin de lui . Le simple fait que je me trouvais spectateur de tout ce beau monde marquait le fait que j'étais le principal investigateur de tout cela. J'avais bien débrifé les filles, une seule d’entre elles allait parlée et elle savait qu'il n'était pas question d'un quelconque arrangement.
Le véroniqua/Markus qui se trouvait sur le lit se leva doucement. Sans ce polynectar, c'était une jolie brune ténébreuse avec la langue bien fourchue. Une beauté fatale qui aimait le goût du risque.

« Je te remercie pour les putes. Penses-tu vraiment que Markus veuille que j'imite sa voix . Et penses-tu sincèrement que Markus ait besoin de tes " informations " et qu'il te laisserait en vie . »

Elle finit sa phrase par un splendide rire. Un rire féminin que je ne me lassais jamais de l'entendre. Le rire diabolique était fait pour la femme, c'est elle qui le portait le mieux. Je tournais ma lunette sur les aurores qui semblaient hésitantes. Laisseraient-ils le temps passer encore ou agiraient ils maintenant histoire de sauver la vie de ce James. J'étais tranquillement allongé sur ce toit, sniper dernier cris en mains, Aurores à porter de mort. Le spectacle n'était pas si amusant que ce à quoi je m'attendais. J'avais espéré un James un peu plus combatif, plus fort mentalement que physiquement bien qu'a vu d’œil il avait perdu de la masse musculaire. J'avais espéré une face à face avec ce Théodore Friedman et non des seize yeux. Pointant à nouveau ma lunette sur l'intérieur du bâtiment je voyais Véroniqua tourner autour de James, elle jouait à je ne savais quel jeu et ne devait pas douter une seule seconde que sept gueudins étaient prêts à intervenir. Elles ne risquaient pas grand-chose devant la justice surtout en prévision à ce qu'il allait se passer. Elles savaient pertinemment ce qui se trouvait tout autour d'eux et ce qui se passerait une foi le signale émis.

« Dommage que nous ne nous soyons pas rencontrés plus tôt. »

J'observais sa main glisser le long du visage d'Howard, avec un certain mécontentement. Voulait elle lui offrir des derniers compliments de fin de vie . Bref, voyant qu'il allait répliquer et ne voulant pas l'entendre une fois de plus je pointais mon viseur sur son front. Un frisson me parcourut de la tête aux pieds. Un sentiment de puissance, de domination. J'étais, seul, le maître du jeu et il n'y avait que moi pour imposer les règles. James avait tenté de changer une règle, mais il était au point de Game Over. Un sourire aux lèvres j'observais sa dernière expression faciale. Un regard presque plisser, des lèvres sur le point de s'exprimer.

« Sehen uns in der Hölle, James Howard »

Un cliquetis de gâchette, une légère détonation, l'effet de recul sur mon épaule, la pénétration de cette balle dans la peau. Ses lèvres se crispèrent et il tomba à la renverse mort avant même de pouvoir toucher le sol. Tout se passa en moins d'une seconde. La mort était si courte... En temps normal je l'aurais fait asseoir sur une chaise, je lui aurais tranché chaque doigt un par un, je serais devenus bourreau rien que pour avoir le plaisir de le voir souffrir, seule récompense à sa trahison. Mais ces aurores changeaient la donne. Je ne devais pas m'attarder longtemps au risque de me faire capturé. J'avais néanmoins un très gros avantage, celui de pouvoir les tués. Ils avaient besoin de moi vivant, tandis que moi je les préférais mort.
La mort de James était le signal, les quatre Markus transplanèrent bien qu'il fût évident qu'elles seraient suivies, mais leur véritable apparence n'allait pas tarder à refaire surface. Cela m'importait peut, le principal était que moi j'en ressorte libre comme l'air. Les aurores commencèrent à s'activer tout comme moi. Jetant mon sniper sur le coter je me saisissais d'un boitier sur lequel j'actionnais un bouton. La réaction fut instantanée. Un premier souffle fit exploser le peu de vitres encore debout tandis que le second inspira les murs fragiles au centre du bâtiment avant que l’incendie se déclare. Le feu faisait briller mes yeux et éclairer comme en plein jour cette nuit noire. Je saisissais ensuite le dernier cri des balais volant et de la plus belle des voix d'un ton élevé sans toutefois crier je lancer mon sortilège préféré.

« MOSMORDRE »

La tête de mort fit instantanément son apparition tandis que par sa mâchoire un serpent pointait le bout de son nez. Quoi de plus beau que la marque des ténèbres dans le ciel, signifiant un assassinat. Je m'élevais dans le ciel avec le regret de ne pas avoir gardé sous la main une jolie fille pour continuer cette fabuleuse nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Jeu 28 Mar - 10:21


C'était las plus mauvaise idée de toute sa courte carrière. Et c'était pour cette seule et unique raison qu'elle pouvait marcher. Il n'essayait pas d'aller dans la subtilité. Il savait que James Howard irait rejoindre son maître tel un chien et supplierait une clémence qu'il ne pouvait obtenir. Il était pathétique, le pauvre. Mais il pourrait lui être utile pour la capture de ce scélérat de Wolfgang. C'était un tueur à gage. Il n'en manquait pas dans les endroits mal famé, mais celui-ci en particulier était efficace, redoutable. Il était une arme qui, bien payé, faisait bien son boulot, sa besogne; tuer sa cible. Car ce n'était sûrement qu'une cible pour lui. Comment pouvait-on tuer quelqu'un sans lui attribuer le numéro du nom de ses victimes ? James Howard ne serait plus James Howard. Il deviendrait le numéro X. Markus avait dû en tuer des personnes. Une petite centaine sans doute. Raison de plus pour attraper ce bandit, ce criminel, cet assassin des bas-fonds.

- Il... Il nous ont repéré, Theodore ! dit l'un de ses amis, le souffle court.
- Parfait ! fit-il en souriant.
- Par... parfait ?

Theodore hocha de la tête d'un air sûr de lui sous l'air déconcerté de ses frères d'armes.

Il perdit un peu de son calme en constatant que Wolfgang avait lancé un sortilège de morsmordre mais il se reconcentra bien vite. Il trouva tout à coup la situation bien ridicule. Lui avait six amis, tapis dans la pénombre derrière un mur de brique délavé. Il ignorait, au fond, ce qui l'attendait à l'intérieur. Il aurait été étonné de voir plusieurs Markus Wolfgang l'attendre bien sagement pour le liquider. Mais Theodore, en dépit de son jeune âge, avait un avantage indéniable. Il n'avait pas l'expérience, mais il était un sorcier surentraîné, comme ses amis. Du reste, ce n'était pas quelques tueurs à gages plus ou moins bons duelistes qui le ferait flancher. Il s'autorisa à avancer avec ses alliés d'un pas rapide mais peu sûr. Puis il scanda:

- Rendez-vous, vous êtes cerner. Nous avons bloqué le transplanage et les cheminées. Vous avez encore une chance de sortir vivant d'ici !

Ils étaient tous sur les côtés, de sorte qu'il eût été difficile pour les Wolfgang de leur tirer des sortilèges. De plus, ils ignoraient à présent où ils se trouvaient. Ils savaient simplement qu'ils étaient proche du bâtiment. C'est tout.

Il avait l'avantage.

Theodore s'imaginait assez mal Maximilian St-Clare le félicitant. Etrangement, il avait le sentiment qu'on l'avait mit sur cette affaire rien que pour l'éliminer. Ce n'était pas le genre de mission classique où l'on mettait toute une équipe sur la recherche du criminel. Il avait été seul de bout en bout. Il trouvait cela étrange, mais pas au point de finir par soupçonner une quelconque traîtrise de la part du ministre de la magie. L'heure était venue d'accomplir sa mission. Il lui fallait réussir. Il lui fallait montrer toute sa force dans ce moment délicat. Il ne s'imaginait pas mourir, bien sûr, mais il s'attendait tout de même à essuyer un échec cuisant. Il lui fallait donc prendre son courage à deux mains et ne pas avoir peur de rater comme cela avait été souvent son cas durant toute sa vie. Courte vie, certes, mais vie bien remplie.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis D.Dragonneau

avatar
Messages : 679
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 22
Localisation : Cachée dans une épaisse forêt vierge.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: oui→ Romain Lesage et Pearl Smith
Travail/Etudes: Princesse Sorcière en mal de reconnaissance.

MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   Sam 30 Mar - 7:58

Markus Wolfgang.



Tranquillement assis en amazone sur mon balai j'observais la petite troupe adverse avancer dans le noir. J'imaginais la peur que chacun d'entre eux devait ressentir. Ils devaient être à l’affût du moindre bruit, leur peau frissonnante, leur main crisper sur leur baguette. Ils se cachaient, alors que leur but, moi entre autres, n'avait même pas eu besoin de les chercher. Ils étaient mignons, dans cette situation.
La fumée sortait du bâtiment que les filles avaient dû quitter prestement. Elles se trouvaient en pleine ligne de mire, face à sept aurores. Quatre jeunes filles peut habituer au combat d'une telle intensité. Elles se feraient massacrer.

"Rendez-vous, vous êtes cerner. Nous avons bloqué le transplanage et les cheminées. Vous avez encore une chance de sortir vivant d'ici !"

J'avais envie de rire à n'en plus pouvoir respirer. Il était sérieux en disant cela ? Je me croyais dans un polar des années 90, avec pour inspecteur un vieux moustachu entouré de débiles heureux. Le pire étaient ses menaces. Il me voulait vivant, Nan ? Sept petit Aurores n'allaient pas m’arrêter comme ça, ils ne m'auraient pas. Ils étaient encore des apprenties comparé à moi. J'avais faits la guerre moi, la vraie. J'avais commis les plus grands attentats, les plus grands assassinas, les plus belles fuites.
Je regardais dans le ciel le magnifique visage de la mort et lui envoyait un baiser volant sur deux doigts. Les sorciers environnants avaient déjà dû quitter le secteur, hormis quelques amateurs de belle mort.
J'observais les filles alignées devant eux, commençant peut à retrouver leur vrai visage. Bientôt ces aurores sauraient que je ne faisaient pas partie des quatre. À l'aide de ma baguette je faisais venir à moi mon sniper laisser sur le toit de l'immeuble. Je me m'étais, avec précaution, debout sur mon balai. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait cela, mais on retrouve toujours ces repères, un simple petit temps d'adaptation et j'avais retrouvé toute ma souplesse. J'introduisais une balle d'un joli calibre dans l'arme, que je calais bien sous mon bras, l'oeil droit bien derrière le viseur.
Ma ligne de mire, ce Théodore Friedman. Pas pour le tuer,non, pas pour notre première rencontre. Seulement pour qu'il soit conscient dans quelle situation il se trouvait. Le petit point rouge se trouvait derrière sa tête et ne le quitterait que lorsque je le voudrais.

"Je suis certain de rester vivant ! Mister Theodore Friedman ! De plus, il se trouve que c'est moi qui te cerne ! Le joli point rouge sur ta tête le prouve ! Ne joue pas le puissant Aurore capable des plus grands exploits ! Tu es jeune ! Il ne faudrait pas que tu meurs aujourd'hui !"

Il était désormais face à moi. Sa tête blonde, angélique, son visage encore enfantin. Il avait tout d'un gentil Aurore dans tout ce qu'il y avait de plus banal. Par banal, son sang devait l'être aussi ,c'était même certain. Il n'y avait plus aucun véritable sang dans cette organisation judiciaire.

"Il te fallait autant de pions, pour un seul homme ! Je vois que tu ne fais pas les choses à moitié et surtout pas de manière équitable ! Tu sais quoi ! J'aime ça ! Même si ces gentils sorciers n'arriveront à rien ! Mais le plus amusant dans tout cela, c'est que contrairement à vous, je ne risquerai rien à appuyé sur la gâchette et à vous tuer, alors que vous ! Oui, vous ! L'on vous descendra en grade pour avoir tué l’immense trésor à informations que je suis !"

Je riais en montrant toutes mes dents. Un criminel restait un criminel et tuait alors qu'un héros restait héros et ne tuait pas. Moi, la prison m'attendait, alors que pour eux c'était un trou d'un mètre sur deux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager
» Notre pire ennemi ne nous quitte jamais, car c'est nous mêmes (With Rebecca)
» Parce que ta vie nous intéresse
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Le parti Fanmi Lavalas que nous voulons est à portée de la main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obscuro Momentum ::  :: Ruelles diverses-