Obscuro Momentum
Bienvenue à toi, intrépide futur membre ! Ou bien rebienvenue à toi, feuille de lotus préférée. Si tu es une feuille de lotus, connecte-toi. Si tu es un intrépide futur membre, explore le forum à ton aise ! Notes que si tu t'inscris, nous t'accueillerons avec les bras ouverts. Et si tu nous fais un élève à gryffondor ou à poufsouffle, nous te vénérerons encore plus parce que nous en avons besoins !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les souvenirs disparus (PV Lily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Dim 18 Aoû - 6:02


    - Vous n'êtes pas la bienvenu ici, votre majesté, fit dédaigneusement Georges Weasley en croisant ses bras.

    Soudain, Jacob comprit qu'il ne serait pas aisé de faire partie de l'Ordre du Phénix.

    Ce jour-là, les cheveux roux du propriétaire du magasin de farces et attrapes le plus populaire en Angleterre étaient raides comme des piques. Ses yeux couraient d'un point à un autre, cherchant une chose que seul lui pouvait voir, sans doute. Il ne souriait guère. Encore ce jour-là, il souffrait de la mort de son frère jumeau plus de vingt ans auparavant.

    Et Jacob, qu'avait-il voulut faire dans cette boutique d'ailleurs ? Elle qui souffrait des représailles fréquentes du nouveau régime...

    Il avait espéré certainement autre chose que d'acheter des farces et attrapes et en faire profiter joyeusement son père dans une camaraderie que toutes familles auraient envié. Bon, je plaisante...

    Justement, Jacob se sentait de plus en plus rejeté, souillé par cette famille qui n'en était plus une. Il était loup-garou et cette nature dégoûtait son roi de père. Le manque de reconnaissance qu'il avait pour lui, qui avait sauvé Artémis et Philip en se sacrifiant, lui donnait envie de vomir. Il s'était traîné devant lui comme l'aurait fait les chiens. Il avait obéit avec l'espérance de lui succédant, en étant sûr que son idéologie pro sang-pur était la plus juste, la plus noble.
    Il avait vu sa demi-soeur, Margaret, avait discuté, avait douté.

    Il était prince.
    Il voulut tout abandonner. Rejoindre l'Ordre du Phénix serait la meilleure manière de se séparer définitivement d'un monde toxique.
    Il se rendait dans ce lieu, en souhaitant rencontrer des personnes, des gens qui saurait l'intégrer dans cette faction résistante. Comment, comment faire ?
    Il voyait dans tous les regards des clients de la boutique une indicible haine... non, effroyable !

    - Monsieur Weasley... croyez-bien que je viens ici en... en ayant aucune intention de faire le moindre mal à qui que ce soit. Au contraire.

    Il avait beau dire, beau faire.
    Personne ne le croyait ni le croirait.
    Il avait envie, oui, envie de changer. Vraiment.

    - Vous n'êtes pas la bienvenu ici, votre majesté, fit dédaigneusement Georges Weasley en croisant ses bras.

    Soudain, Jacob comprit qu'il ne serait pas aisé de faire partie de l'Ordre du Phénix. Il était un rebut de la société. Rejeté par les siens comme par les autres. Il n'avait aucune chance de s'intégrer ici, ou ailleurs. La mort seule pouvait peut-être le libérer. Un ami lui avait dit un jour que mourir n'était pas une solution.
    Mais qui dit qu'il y a une solution ?

    Alors qu'il commençait à partir, sa route parvint à celle d'une certaine Lily Potter. Il l'aimait peut-être encore un peu. Elle qui avait tant changé en un été devenait de plus en plus une femme. Elle était jolie.

    Jacob avait envie de rejoindre l'Ordre du Phénix. Et cela, personne ne le lui retirerait.
    The wind, the wind is blowing.
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Dim 1 Sep - 14:10


« Oh, Lily, tu vas nous faire faire des économies ! »
« Oui, bah ça va, merci, je sais que je suis un peu petite pour mon âge. »

Dans un râle grognon, la jeune rouquine qui avait fêté ses quatorze ans depuis quelques jours dévala les escaliers pour rejoindre la cuisine, piquant un petit-four du dîner festif prévu au soir mais auquel elle ne comptait assister pour rien au monde. Une énième fois, sa mère avait laissé sa grand-mère constater à quel point sa petite-fille ne prenait qu’un ou deux centimètres par an, contribuant ainsi à son désarroi quant au fait que les aiguilles de couture ne servirait encore cet hiver qu’aux pulls des garçons. Dehors, dans le jardin que comptait agrandir par un quelconque moyen Albus et James, le soleil radieux contrastait avec la légère fraîcheur du mois de septembre s’installant. Attrapant un cardigan dans lequel elle s’engouffra, elle rejoignit ses fraternels dans le carré de verdure, ignorant à quoi ils s’occupaient pour leur prochaine stupidité au programme.

« Dis, Lilibulle, tu viens avec nous voir Oncle Fred ? »
« Je t’ai déjà dis de ne pas m’appeler Lilibulle. Maintenant ? »
« Non, on attends que Papa rentre, histoire qu’il nous dise non et qu’on reste bloqués à ce fichu dîner, répondit James sur un ton d’ironie. »

Oui, il était vrai que sa question paraissait ridicule. Haussant les épaules dans un geste de nonchalance, elle attendit que les deux garçons récupèrent quelques unes de leurs affaires pour filer en douce pendant que la mère et la fille étaient encore à l’étage. Rejoignant le passage, ils ne tardèrent pas à se retrouver sur le Chemin de Traverse, dégustant l’effervescence de la prochaine rentrée alors qu’eux, s’y étaient pris bien plus tôt. Croisant des connaissances et des amis, Albus, James et Lily se séparèrent vite à leur insu, ne se souciant pourtant pas de se retrouver seul puisqu’ils savaient tous trois où le point de retrouvailles était fixé. Le magasin de Quidditch lui faisant de l’œil avec sa toute nouvelle vitrine, la jeune fille s’y approcha pour observer les nouveautés, l’envie de reprendre les matchs et de décrocher à nouveau cette coupe lui tenaillant l’estomac dans sa hâte. Bien que les derniers évènements réunissant l’Ordre du Phénix auquel elle s’attachait de plus en plus en grandissant l’aient bien occupé, l’envie de reprendre les cours étaient là, la durée des vacances étant particulièrement conséquente. Puis, elle n’aurait plus à supporter certains septième années qui avaient causé le désarroi et la chaos en s’associant à la pire espèce de sorciers qui soit.

Comme lui.

Jacob Dragonneau avançait seul sur les pavés du Chemin de Traverse, le regard sûr bien qu’un peu défaillant, comme s’il venait de vivre une défaite cuisante. Pourtant, son parti n’était-il pas encore au pouvoir ? Dans ses souvenirs, elle se rappelait de lui comme étant fier de son statut mais peu sûr de ses actes. Si ce trou noir envahissait toujours sa poitrine en sa présence et en l’évocation de son nom, elle avait vite fait en sorte qu’il disparaisse de ses pensées, lui disparaissant à l’université à la rentrée prochaine.

Continuant sa route, elle ne savait si elle devait faire semblant de le reconnaître ou pas, après tout, ils ne s’étaient jamais parlés, jamais côtoyés. Seul un regard intriguant avait été échangé lors du dîner mettant fin à l’année scolaire, à la troisième année de Lily et à la septième de Jacob. Ils n’étaient même pas au stade de simple connaissance.

Ainsi préféra-t-elle accorder un sourire discret lorsque ses pas croisèrent les siens, le magasin de farces et attrapes de son oncle n’étant plus très loin.

Mh:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Mer 9 Oct - 10:25

    Il n'est pas d'émotions plus fortes que la colère contenue face au rejet des siens, des autres, et de soi-même. Jacob venait d'en faire l'expérience. Il était habitué, lui, à ce que les portes les plus somptueuses lui soient ouvertes et les places les plus mirobolantes lui soient offertes. Mais qu'était-il finalement ? Un misérable qui portait le titre de prince. A bien y penser, il ne voyait dans le Destin que le Hasard lui avait tracé une ironie malsaine. Il était l'héritier détrôné par un geste noble accompli dans son enfance. Il était à la fois l'homme le plus enviable du fait qu'il était fils de roi, mais il était le plus méprisable également puisqu'il était par le même temps un loup-garou sanguinaire.

    C'était une position tragique, insoutenable. Jacob n'avait ni le soutien des siens, ni celui des autres. Pour ces inconnus qui l'entouraient, il était cet être fourbe, ambitieux, mauvais, un malin génie qui aurait mieux fait de ne pas naître, ou de ne pas sauver son frère et sa soeur des griffes d'une bête sanguinaire. Il avait commit un sacrifice involontaire, et le ciel le punissait d'avoir contré son coup de dé.

    Dans la rue, beaucoup de personnes détournaient la tête, peut-être par haine, par honte ou par peur. Il était haut-dessus de toute être et en même temps en enfer. Il souffrait d'une solitude incurable. Il n'était qu'un con, damné d'un monde qui n'avait jamais voulu de lui.

    Il y avait encore Mia. La malheureuse Mia. Comme c'était drôle, deux coeurs brisés qui s'étaient trouvés, mais qui n'avait pas la force de se réparer. Deux âmes qui erraient plus qui ne vivaient. Deux spectres dont la vie n'étaient qu'un songe, ou tout au moins un cauchemar, et dont les abîmes attendaient chaque jour un peu plus leur venue.

    Lily, quant à elle, avait oublié, tout oublié ce qui avait pu l'unir à Jacob.

    C'était irréelle de la voir marcher et de la voir lui sourire en passant à côté de lui. Jacob se retourna et la vit se faire englober par cette foule déjà si dense. Il se sentit emporté par le courant de ces gens sans fortunes. Bientôt, il ne vit même plus cette chevelure rousse qui se détachait de ce monde morne.

    Elle lui avait sourit. C'était donc qu'elle se souvenait de lui. Au moins un peu. Jacob pensait à cela en regagnant la rive de la rivière des hommes. Il était fatigué, ne songeait qu'à se rejeter dans la mer d'humains. Il devait parler à Lily. Au nom d'un amour disparu, au nom de l'Ordre du Phénix et au nom du diable en personne si cela lui permettait d'échanger rien qu'une parole avec Lily.

    Il inspira un grand coup avant de plonger à nouveau avec ces personnes qu'il ne connaissait pas. Il marcha d'un pas rapide, courut presque, puis soudain interpella l'être aimée qui n'était pas encore arrivée au magasin de farce et attrape:

    - Lily !

    Il l'appela une seconde fois en arrivant à sa hauteur:

    - Lily Potter. Je voudrais vous parler, juste une seconde, si ça ne vous dérange pas.

    Il se tut avant de reprendre:

    - J'espère que vous allez bien. Je voudrais parler de chose officieuse qui ont eu lieu à Poudlard l'année dernière.

    Il partit dans des paroles insolites, délirantes peut-être même aux yeux de Lily, mais Jacob voulait tout de même rapporter les faits tels qu'ils étaient:

    - Je faisais partie de l'Inquisition. J'en étais même le chef, mais... -il abaissa sa voix- cela ne répond plus tellement aux attentes que j'en avais. Parce que, tant de choses ont changés depuis quelques mois, des choses que vous connaissiez et que vous avez oubliés bien malgré vous... Et si vous me prenez pour un fou, demandez-vous si mon visage ne vous dit pas quelque chose, si en me voyant, votre coeur de sursaute pas alors que votre tête se plonge dans les méandres des interrogations... Je veux simplement rejoindre l'Ordre du Phénix, et vous êtes visiblement ma seule porte d'entrée. Je le dis au nom d'une ancienne amitié qui nous a unis dans l'ombre...
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Dim 20 Oct - 8:44

Il avait paru étonné, surpris d’un sourire timide qu’elle s’était autorisée à lui accorder. Il faut dire que les vacances arrivaient à leurs fins et que la situation politique actuelle assurait à Jacob Dragonneau, quelque soit la réussite ou l’échec de ses études, une place particulièrement fructueuse pour les prochaines années. Si le gouvernement ne se renversait pas d’ici là. Et donc, une grande partie de la population londonienne-sorcière peut encline à lui faire des éloges. Il était tout aussi complètement contradictoire de sourire à un homme qui ne partageait en rien ses idées, qui s’acharnait à vouloir faire vivre le monde dans une absurdité totale et qui ne se souciait que de son propre bien. Du moins, c’est ce qu’elle pensait quand on observait le reste de sa famille. Artémis, par exemple. Petite princesse bien sûre de sa place, elle en profitait au maximum, bien que les rumeurs de fiançailles avec on ne sait quel prince s’était confirmé, la contraignant à partager son trône avec un homme qu’elle ne connaissait ni d’Adam, ni d’Eve. L’aimera-t-elle ? Souhaitons-lui, à ce jeune prince. Sinon, dans quel merdier il s’est foutu.

Accostée par une ancienne élève de Poudlard qui la gratifia d’une chaleureuse étreinte, Lily en perdit le fil de ses pensées après s’être plongée dans une conversation enchantée avec la jeune fille. Ses parents l’avaient retiré du château sous prétexte qu’ils étaient sûrs que le gouvernement actuel allait prendre possession de l’école et réduire les élèves à un état de néant psychologique. La jeune fille lui souffla même qu’ils pensaient sérieusement à rejoindre l’OdP, chose qui était surprenante pour eux qui n’avaient jamais adhéré à aucun parti. Lily lui fit alors part d’une prochaine réunion, au cas où ses parents souhaitaient y assister, la date lui étant parvenu en écoutant à travers les portes. Si son père, bien qu’il s’en doutait, savait que sa fille se battait corps et âme au château et en dehors, il l’enfermerait de suite dans la maison familiale pour que ses pulsions se réfrènent. Pourtant, il commençait petit à petit à changer d’avis, et à faire participer sa fille et ses deux fils aux mouvements divers du parti. Même si cela ne se résumait qu’à quelques informations, les trois enfants en étaient plutôt ravis.

« Lily ! »

L’entente de son prénom alors qu’elle reprenait sa marche vers le magasin de Farces et Attrapes après avoir dit au revoir à son amie, la fit sursauter, surprise de savoir qu’il pourrait y avoir autant de connaissances dans les parages.

« Lily Potter. Je voudrais vous parler juste une seconde, si ça ne vous dérange pas. »

Alors pour le coup, nous étions au comble du ridicule et de l’incompréhensible. Voilà que l’aîné des Dragonneau s’était élancé vers elle, essoufflé et il se mettait à la vouvoyer. Vouvoyer. Lily. une gosse de quatorze ans. Depuis quand vouvoie-t-on quelqu’un comme Lily ? Vouvoyait-t-il les troisièmes années, lui, quand il était à Poudlard ? Un geste qu’elle trouva légèrement déstabilisant. Là, au milieu de la foule et des passants pressés, deux jeunes adolescents, l’un sortant de l’enfance et l’autre entrant dans le monde adulte, se regardaient, s’observaient, sous un œil incompris ou sous une pupille anxieuse. Et c’est à nouveau que ce trou noir, béant, empoigna la poitrine de la rouquine qui savait ces traits plus que familiers.

« J’espère que vous allez bien. Je voudrais parler de choses officieuses, qui ont eu lieu à Poudlard, l’année dernière. »

Et voilà que le dénommé Jacob se mit à partir dans un discours totalement… délirant. Qu’il avait été le Chef de l’Inquisition, oui, cela, elle s’en souvenait. Mais voilà qu’il pointait son doigt sur une question qui ne cessait de la tourmenter chaque fois que son visage croisait le sien. Qu’elle aurait oublié bien malgré elle ? Qu’était-ce donc ces histoires ? D’où cela sortait-il ? Plus il avançait dans les quelques mots qu’il s’empressait à lui dire, plus Lily ouvrait des yeux béats d’incompréhension et affichait une mine de désarroi devant son impuissance. Mais que racontait-il ? Oh oui, elle le prenait pour un fou. Mais il n’avait pas tord sur ses justifications. Non pas que son cœur sursautait, mais il se serrait, non pas qu’elle se plongeait dans les méandres des interrogations, mais elle savait quelque chose lui échapper inlassablement.

Les deux dernières phrases qu’il prononça laissa Lily bouche bée. Rejoindre l’Ordre du Phénix ? Un ancien membre de l’Inquisition ? Le fils d’Hélios Dragonneau ? Pur Sang ? Nous étions entrés dans un monde insensé. Et puis, une amitié qui les aurait liés… ? Serait-ce ça, le manque qu’elle ressent à travers sa gorge chaque fois que son prénom est prononcé ? Serait-ce l’oubli d’une quelconque relation amicale qui la rongerait depuis des mois ? Mais comment aurait-elle pu être amie avec un homme pareil… Complètement déboussolée, la jeune fille déduisit qu’il ne servait à rien de rester debout au milieu des passants qui pouvait avoir une oreille distraite. D’autant plus qu’une Potter et un Dragonneau parlé ensemble, si ça ne se tapait pas dessus, c’est que c’était suspect et les rumeurs allaient vite bon train. Incitant le jeune homme d’une main sur le bras à la suivre, Lily lui fit une proposition.

« On va aller ailleurs, hein, ce n’est pas le meilleur endroit pour parler et vous n’êtes sûrement pas le bienvenu partout. Derrière le magasin de mon oncle, il y a une remise que l’on a aménagée avec mes frères. Nous serons bien pour discuter, si vous êtes d’accord. »

Un accord qu’elle se fichait d’avoir ou non, il était hors de question qu’elle reste en plein milieu du Chemin de Traverse à déblatérer avec Jacob Dragonneau. Marchant d’un pas vif, ils arrivèrent au lieu-dit et, s’empressant de mettre un peu de lumière, Lily invita le jeune homme à s’asseoir s’il le souhaitait. Deux bières au beurre étaient sorti, prêtes à être consommées.

« Bien. Déjà, j’ai rien compris. Si ce n’est que vous voulez rejoindre l’OdP. Et ça, ce n’est sûrement pas moi qui aie les compétences pour vous y intégrer. Donc je ne comprends pas trop pourquoi moi… Vous avez assez d’influence pour vous adressez à quelqu’un d’autre, il me semble. »

A moitié recroquevillée sur le fauteuil, les bras croisés, Lily se refusait à assumer une telle responsabilité. Ramener un membre d’un parti « extrémiste » pour qu’il intègre l’Ordre du Phénix, elle se ferait pourrir jusqu’au bout des ongles avant qu’on ne daigne l’écouter. On dirait surtout qu’elle est naïve, chose qu’elle s’entêtait à essayer de ne pas être. Alors, méfiante, elle attendait des explications plus précises, bien qu’un étrange sentiment de confiance régnait entre les deux jeunes gens.
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Mar 29 Oct - 19:27


    Ses paroles avaient été proche du délire. Mais il n'était pas facile de parler de l'année précédente en restant vague. Et si Jacob s'était montré plus précis en parlant de l’ambiguïté qui l'avait lié à Lily l'année précédente, il est sûr qu'elle l'aurait prit davantage pour un pauvre cinglé. Il voulait rejoindre l'Ordre du Phénix et restait persuadé qu'en entrant en contact avec la petite Potter il avait plus de chance d'arriver à ses fins.

    Ou peut-être se voilait-il la face et désirait-il seulement parler une dernière fois avec Lily. Il ne l'aurait jamais admit, bien sûr, même si au fond de lui-même il se rappelait vaguement -enfin, pas si vaguement que ça, en fait- qu'il l'avait aimé à la folie. Ce n'était pas hyperbolique. Il avait vraiment cru qu'il ne deviendrait qu'un cinglé à force de la voir sans pouvoir lui avouer ses sentiments.

    Triste était l'ironie, en vérité, que cette situation. Un Dragonneau, amoureux d'une Potter. C'était un peu comme si un loup s'éprenait d'une brebis. Et encore, on lui aurait pardonné et trouvé un grand coeur. Alors que les Dragonneau n'avaient jamais été connu autrement que pour leur attrait du pouvoir, leur égoïsme, leur malignité et leur sadisme.

    Jacob le lisait bien dans le regard perdu de Lily. Cette incompréhension. Ses doutes. Cet air perdu qui le prenait certainement pour un fou. Il aurait voulu en dire davantage. Mais il sentait bien que s'il en ajoutait, il perdrait un peu plus en crédibilité. D'autant que c'était déjà gentil de sa part de l'avoir écouté jusqu'au bout sans rire, le gifler ou lui faire un vent. Non, vraiment, il valait mieux ne rien gâcher.

    Et puis, et puis il y avait l'espoir. Elle n'était pas tranquille avec cette foule, elle avait raison. Jacob s'était comporté de manière imprudente. Au fond, c'était peut-être mieux ainsi. Elle se serait certainement enfuis s'il l'avait abordé de la sorte "Eh, Lily ! Te rappelles-tu de l'année dernière où une certaine ambiguïté sexuelle faisait rage entre nous ? Bon, et si on allait discuter dans un lieu tranquille ? Je veux rejoindre l'Ordre du Phénix, vois-tu... et libre à toi de m'en faire découvrir une partie !" Bon, d'accord, il grossissait un peu les phrases types qu'il aurait pu dire. Il aurait été plus fin, plus subtile, mais dans tous les cas ç'aurait fait l'effet d'une tentative d'agression dans l'esprit de la jeune Potter.

    Toujours est-il qu'elle l'emmenait derrière la boutique de son oncle -qui l'avait cordialement jeté dehors. Il ne pu s'empêcher de sourire en pensant à ce très cher Weasley, et sans le vouloir, pensa méchamment à ce frère manquant. On aurait dit une mauvaise farce. En tout cas, cela faisait beaucoup rire Jacob, du moins intérieurement.

    L'endroit, au demeurant, était plutôt sympathique. Jacob balaya du regard chaque recoin, en examina les murs, les parquets et ne vit néanmoins rien de suspect. Rassurant. Il faisait confiance en Lily, mais pas en son oncle. Il pouvait très bien débarquer et l'attaquer avec je ne sais pas quel objet magique indésirable. Il avait toujours sa bague protectrice que lui avait offert son père, mais cela ne le rendait pas non plus invincible.

    Lily s'assit dans un fauteuil et invita Jacob à en faire de même. Il resta immobile deux secondes, ne sachant pas trop pourquoi lui-même. La scène lui paraissait irréelle, le fruit d'un rêve, même pas d'un songe ou d'un cauchemar. Il fléchit finalement les genoux et se laissa tomber en douceur. Ce n'était pas inconfortable. Il comprenait la position à moitié recroquevillée de son hôte. Il en aurait volontiers fait de même si une certaine étiquette et une certaine image publique ne lui était pas collé vulgairement dans le dos. Il restait droit, digne, en apparence au moins.

    Il attrapa l'une des deux bières au beurre qui narguait sa gorge sèche mais ne prit pas une seule gorgée sur le moment. Il bu à la place les paroles de son interlocutrice, et la fixa d'un oeil attentif. Lily prit donc la parole:

    - Bien. Déjà, j’ai rien compris. Si ce n’est que vous voulez rejoindre l’OdP. Et ça, ce n’est sûrement pas moi qui aie les compétences pour vous y intégrer. Donc je ne comprends pas trop pourquoi moi… Vous avez assez d’influence pour vous adressez à quelqu’un d’autre, il me semble.

    Jacob sourit, soupira. Elle n'avait pas l'air prête à le massacrer ou à l'empoisonner. D'ailleurs, il se décida finalement à porter le verre à ses lèvres.

    - Je comprends que tu... que vous n'ayez rien compris. Si je vous avais tout raconté et en détail, vous m'auriez pris pour un fou. Encore plus. Tu... vous avez subi un sortilège de la part de la directrice. Oubliette. Cette nuit-là, vous veniez de me sauver de Zephyr et de sa bande; je ne crois pas que vous l'avez oublié, celui-là.

    En vérité, c'était plus compliqué que cela. Lily l'avait prévenu que Zephyr comptait le tuer. Et réunit dans une volière, ce dernier avait surprit ce couple qui n'en était pas un et fut proche de provoquer leur mort. Mais à quoi bon lui infliger des détails inutiles ? D'autant que s'il lui disait qu'elle lui avait été salvatrice cela lui ferait sans doute plaisir. Ou en tout cas un truc dans le genre, à défaut de lui apporter d'autres interrogations.

    - Alors, oui, je veux rejoindre l'Ordre du phénix, poursuivit Jacob. Oui, bien sûr. Mais j'ai une certaine image qui me colle à la peau. Je ne vous cacherais pas mes intentions. Je ne serais pas roi, et c'est définitif. Je reste certain de ma supériorité, mais je préfère encore servir le camp adverse. Ma loyauté ne devrait pas être remise en doute... je veux dire, c'est vrai que je trahis mon père pour devenir le pion de ses ennemis... peut-être croirais-vous en ma volonté sans faille. Malheureusement, vous serez bien la seule...

    Il se tut une seconde avant de reprendre:

    - Il n'y a pas si longtemps, un peu avant Noël, on me reprochait de me tenir avec vous et... ma position de chef était très controversé. Je m'occupais surtout d'éviter des abus et des tensions émanent de personnes alliées, bien malheureusement. Toujours est-il que je n'ai pas inventé cette amitié. Elle était plus ou moins secrète. Une Potter et un Dragonneau ? Pensez-vous !

    Il partit dans un rire, amer. Il n'exprimait rien là de joyeux, bien au contraire. Il était comme un vieil homme dont les idées optimistes avaient été contredites au fil des jours, et qui arrivait, au soir de sa vie, cynique, et face à une jeune fille positive, qui deviendrait également désabusée lorsque ses cheveux seraient délavées et que les années auraient tracé des sillons sur son visage.

    - Vous êtes la seule personne, visiblement, qui ne m'ayez pas rejeté. Je suis allé voir votre oncle, tout à l'heure... Sa réaction a été assez trivial... Comme tous, on ne me croit pas. Vous êtes la première à m'avoir écouté jusqu'ici sans m'avoir pratiquement craché au visage.
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Dim 10 Nov - 12:32

heyhey:
 


Ce soir de pleine lune.

Le temps paraissait se figer après qu’une parole ait résonnée au creux des tympans de Lily. Sa main, maladroite sous le coup de l’émotion, caressa le tissu de son carcan en laine, ses prunelles ne quittant pas celles de l’homme qui se tenait en face d’elle. Lily.

Lily, réveilles-toi. Sens ce trou noir, éternellement béant de vide se refermer et te délivrer de son néant. Sens papillonner ton cœur et se serrer tes entrailles. Caresses les fines et délicates cicatrices ornant tes abdominaux. Réveilles-toi. Goûtes à l’ivresse de sentiments retrouvés. D’une mémoire se revigorant. Regarde-le. Comme il paraît futile. Et pourtant. Il est la raison de ce mal être qui t’as animé pendant des heures, des jours, des semaines, des mois. Qui aurait pu durer des années.

Regarde-le.
Jacob Dragonneau.


Flashback.

Mais elle observait l’homme qui lui faisait face à la place de celui qui la tenait fermement contre lui.  L’homme dont elle n’attendait rien puisqu’elle savait qu’il n’agirait pas, mais l’homme dont elle refusait l’abandon. L’homme qu’elle aimait. Dieu, comment était-il possible de tomber sous ce charme destructeur ? Lui aussi avait changé. Lui aussi se renfermait et refusait toutes aides, toutes possibilités. Lui aussi avait décidé de se laisser vivre. Mais pas de la meilleure des manières. Elle se rappelait ce regard qu’ils avaient échangé le soir de la bataille, où leurs idéaux avaient été mis en avant et où leurs sentiments avaient disparu dans le simple but de défendre leur patrie. Elle se rappelait de ce regard profondément éteint mais déterminé pendant ce soir de pleine lune.

Ce soir de pleine lune.

« Ne vous inquiétez pas. J’ai envoyé un sortilège d’Oubliettes à Zéphyr et ses amis. Ils ne se souviennent de rien. Je suppose que nous devrions faire de même avec mademoiselle Potter. »

Flashback.

Putain de bordel de merde !
Mais comment avait-elle pu être aussi naïve ?

Impassible dans ses émotions faciales, Lily n’en mordait pas moins au fond d’elle-même. Elle observait ce visage masculin à présent si familier et se tapissait de sensibilité décuplée sur son fauteuil. Même si le sortilège avait été puissant, comment avait-elle pu totalement éradiquer ce sentiment d’amour qui l’avait animé si longtemps ? Ne pas trahir ses pensées n’était pas chose simple dans ce débarras aménagé par ses frères et elle quelques années auparavant. Elle se rappelait encore d’ailleurs, de la tête de son oncle lorsqu’il avait découvert que ses neveux avait prit possession sans son accord de son « local d’urgence en cas de guerre mondiale et intergalactique » comme il l’appelait avec humour. Un nom qu’il avait choisi avec Georges, lorsqu’ils avaient commencé à monter leurs petites affaires après que leurs produits aient eu un succès fou au sein de l’école. La voix grave et pesante de Jacob la ramena à la réalité.

« Il n’y a pas si longtemps, un peu avant Noël, on me reprochait de me tenir avec vous et… ma position de chef était très controversé. Je m’occupais surtout d’éviter des abus et des tensions émanent de personnes alliées, bien malheureusement. Toujours est-il que je n’ai pas inventé cette amitié. Elle était plus ou moins secrète. Une Potter et un Dragonneau ? Pensez-vous ! »

Pensez-vous, oui. Quelle idée ridicule de vouloir braver les normes et dictats d’une société qui nous assure ou non une place parce qu’on apprécie une personne qui n’est pas de notre rang, de notre Sang ou de on ne sait quelle raison encore.

Digne de Roméo et Juliette, direz-vous.

« Vous êtes la seule personne, visiblement, qui ne m’ayez pas rejeté. Je suis allé voir votre oncle, tout à l’heure… Sa réaction a été assez triviale… Comme tous, on ne me croit pas. Vous êtes la première à m’avoir écouté jusqu’ici sans m’avoir pratiquement craché au visage. »
« Et pourtant, c’est pas l’envie qui m’en manque. »

Si sa réplique pouvait être qualifiée de triviale tout comme la réaction de son oncle auparavant aux dires du jeune homme, Lily ne s’en démonta pas pour autant et se redressa de son fauteuil, ses mains se posant parallèlement l’une à l’autre sur la table de bois les séparant de quelques centimètres. Ses iris verdâtres plongeant dans celles de Jacob qui paraissait afficher un petit air d’incompréhension, la jeune fille ne cachait plus, elle, son expression de colère qui semblait démontrer l’inlassable temps passé à ne pas comprendre ce qui lui manquait. Finissant par soulever son t-shirt, les cicatrices apparentes de la griffure qu’il lui avait imposée pour faire fuir Zéphyr et sa bande au moment des faits, s’imposèrent à ses yeux.

« C’est toi. Ce soir de pleine lune. Ce soir où ils avaient prémédités de te tuer. »

Le tissu de son haut retombait silencieusement sur sa peau alors que son regard ne changeait pas de direction.

« Tu m’as peut-être aidé, tu m’as peut-être sauvé, mais tu n’as pas empêché Branstone de me faire oublier. Tu  n’as pas remué le petit doigt. Rien. A croire que ça t’arrangeais. »

Et il était fort possible que ça l’arrange à ce moment là, oui. Peut-être que pour lui la vie devenait soudainement plus simple et moins contraignante vis-à-vis d’elle. Qui sait ?
Bien malgré elle, sa colère se contenait au fond d’elle-même, Lily ne s’accordant de s’exprimer que par ses prunelles et ses paroles.

« Tu as laissé cet… cette amitié s’envoler, tu n’as même pas cherché à me parler ensuite, tu as décidé de complètement m’oublier parce que ça t’arrangeais bien, n’est-ce pas ? Et maintenant tu me demandes de t’aider à rejoindre l’Ordre du Phénix ? Tu te moques de moi ou ça se passe comment ? Tu vas la ressortir quand bon te semblera la relation qu’on a pu entretenir ? Quand ça te servira ? Mais même, dis-moi, dis-moi pourquoi je t’aiderai à faire ça, qui ou quoi me pousserait à te croire alors que je suis censée ne pas te connaître ? Que je ne te connais pas, d’ailleurs ! »

Les cheveux rougeoyants de Lily valsèrent dans le mouvement d’agacement que prit son corps pour s’éloigner de la table. A présent les bras croisés, appuyée contre le mur du débarras et se refusant à poser ses yeux sur Jacob, l’adolescente comprimait son animosité qu’elle avait déjà suffisamment laissé exploser. Son but n’était pas de s’emporter contre lui, loin d’elle cette idée. Simplement, le souvenir de tant d’émotions et de tant de rendez-vous dissimulés l’avait beaucoup trop submergé. Et étouffé.

« Me demande pas comment je me souviens de tout ça, je ne sais pas. C’est peut-être le fait que tu en as fais allusion qui a suffit à ce que ça me revienne. En partie. »

Sa voix s’était faite plus douce, comme emprise d’une certaine culpabilité de s’être emportée ainsi. Cependant toujours dans cette même position, la rouquine s’entêtait à retrouver un semblant d’esprit après avoir passé une main sur son visage.

« Pourquoi tu veux rejoindre l’OdP, exactement ? »

N’était-ce pas pour cela qu’il l’avait abordé  en plein milieu de la foule ?
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Mar 12 Nov - 14:54


    Par un mystérieux coup du sort comme le Destin aime tant en semer sur son chemin, Lily se remémora soudainement de tout. Comment expliquer par quel moyen la jeune fille en était arrivé à se souvenir de nouveau de ce que la brume cachait dans son esprit ? Qui saurait le dire ? Nous pourrions évidemment en discuter des heures; ce serait aussi futile qu'une perte de temps. Jacob le voyait dans ce regard, cette lueur de compréhension; d'horreur également, peut-être. Elle lui en voulait et d'une certaine manière, il la comprenait. Lui-même aurait voulu agir différemment dans le passé. Il aurait souhaité venir à sa rencontre et lui faire une cour enflammée. Elle l'aurait alors prit pour un fou, ce qu'il était certainement à moitié.

    A présent, elle agissait hostilement à chacune de ses phrases. Si ce n'était pas ses yeux qui lui jetaient des éclairs, c'était ses mots qui le piquaient sadiquement en plein coeur. Que pouvait-il faire, sinon finir son verre ? Oh, ma foi, il aurait bien reprit une boisson plus forte à l'occasion. A priori, rien ne l'aurait empêché de rentrer au château familial et de se saouler de whisky toute l'après-midi si cela le chantait. Personne ne le lui reprocherait, tant que sa beuverie n'était pas révélée au jour face au public qui devait à tout prix resté doucement aveuglé par les lumières luxueuses d'une dure dictature.

    Toujours cette étiquette. Il avait le droit d'être le pire des hommes. Il pouvait, s'il le désirait, tuer en série de pauvres vieillards, tant que ses activités étaient laissées secrètes, il n'avait pas à s'en faire, ni de la veille, ni du lendemain. Il n'était pas contraint de se reprendre en main, ni même d'espérer se comporter en homme bon. L'apparence, habit rayonnant de l'hypocrisie, était son unique vêtement, sa cape qui au lieu de le cacher le livrait aux regards de la foule démunie.

    Il faillit échapper son verre en voyant Lily remonter un peu son tee-short. Sur le coup, il se demanda à quelle manège elle jouait. Elle désignait subtilement ses cicatrices et Jacob comprit avant qu'elle eut parlé où elle voulait en venir. Oui, c'était lui qui les lui avait faites. Pour la sauver. Pour faire peur à Zéphyr; pour le voir s'enfuir. Et si c'était à refaire, inutile de se parfaire, il n'hésiterait par une seule seconde.

    Le bas du tee-short retomba, et Jacob se reconcentra sur les prunelles de son interlocutrices. Elle lui reprocha de ne pas avoir empêché Branstone de lui jeter un oubliette. Ce qui avait été si soudain pour lui, l'avait été davantage pour elle. Il n'avait pas pu intervenir, c'est vrai. Et ce n'était pas faux que la situation l'avait arrangé. Du moins, d'un côté purement pratique. Parce que rapidement, Lily avait envahi un peu plus son esprit. Il qualifiait la présence de Mia comme d'une simple aventure, un pont qui relie deux âmes et qui se brise face à une rivière tumultueuse. Mia était sans doute une personne exceptionnelle. Et Jacob avait sûrement eut le béguin pour elle. Mais cela n'avait rien de comparable avec les sentiments qu'il avait pour Lily. Avec Mia, il désirait le corps uniquement. Alors que Jacob aurait volontiers ravit l'esprit de Ily également. Il l'aurait voulu sien toute entière et faire de chaque jour une éternité d'amour.

    En ce moment, la colère la rendait plus séduisante, mais aussi plus dangereuse. Elle lui en voulait d'avoir laissé filer cette amitié -un mot sur lequel elle buta d'ailleurs, comme si elle n'y croyait pas, ou comme si elle aurait voulu en dire un autre. Comme si cela avait été facile pour lui, durant ces derniers mois. Jacob déposa son verre et continua à encaisser le choc de ses déclarations qui le blessaient à chaque instant un peu plus.

    - Me demande pas comment je me souviens de tout ça, je ne sais pas. C’est peut-être le fait que tu en as fais allusion qui a suffit à ce que ça me revienne. En partie.

    Telles furent les paroles de Lily qui expliqua son ignorance sur son savoir. Elle enchaîna en changeant pratiquement complètement de sujet -ou plutôt en revenant sur l'initial:

    - Pourquoi tu veux rejoindre l’OdP, exactement ?

    Jacob resta coi, un instant, réalisant à peine qu'elle attendait une réponse, une vraie.

    - Je te l'ai dit, finit-il par énoncer l'esprit à moitié ailleurs. Je ne crois pas en l'égalité des sorciers, et je n'agis que pour moi-même. C'est égoïste, mais je préfère être honnête.

    Il inspira un grand coup, jeta un coup d'oeil sur le sol, puis laissa son regard se nicher à nouveau sur le visage de Lily. Puis il admit:

    - Peut-être que ma venue ici, n'a rien à voir avec mon envie de rejoindre l'Ordre du Phénix. Tu me reprochais à l'instant de ne pas avoir essayé de te parler de nouveau. Comme si la situation me l'avait permit ! Elle m'était favorable: tu ne pensais plus à moi, et je n'avais plus aucune raison d'en faire de même. Mais en revanche, je restais préoccupé. J'allais me marier avec Mia Hobbes, avoir une glorieuse descendance, si elle n'héritait pas de mon fardeau... Mais je resterais un prince. Un prince sans royaume, dans une vie parfaitement rangée, sans pouvoir, sans action. Une chose qui m'était tellement insupportable. Je suis prêt à me faire otage du chef de l'ordre du phénix, plutôt que de rester prisonnier dans une cage dorée...

    Il se leva.

    - Oui, j'ai eut tort de venir. Je voulais justement te parler, au moins une dernière fois. Mais j'ai eu tort, et je ferais probablement mieux de m'en aller.

    Il avait tout le mal du monde à formuler cette dernière phrase. Elle n'était pas sèche, mais raide, et dévoilait en partie des émotions diffuses qu'il aurait voulu resté voilées.

    - Je te remercie de m'avoir accueilli, sans m'avoir craché au visage... et je suppose que nous devrions en rester là.
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Sam 16 Nov - 16:29

Agir que pour soi-même. N’était-ce pas ce que se demandaient deux êtres s’appréciant ou même s’aimant lors de moments privilégiés ? « Pense un peu plus à toi qu’aux autres, un jour. » Mais était-ce seulement, à cet instant-ci, à celui que partageaient Jacob et Lily, aussi puéril que cela ? Changer de camp n’était pas chose simple. Virer chez l’ennemi devait être une envie et un choix assumé jusqu’au bout. Serait-il capable de porter le poids d’une décision sur ses épaules aussi bien qu’il a porté celui de l’Inquisition ? De trahir son propre père bien qu’il sache qu’il n’aura jamais la place d’héritier du trône d’une monarchie qui avait envahie l’Angleterre ? Il disait pourtant que cette vie confortable ne l’intéressait pas. L’appelait « la cage dorée. » Une prison pouvait-elle être aussi lumineuse ? A croire.
Lily se rappelait les quelques mots écrits d’une encre dure sur le parchemin destiné à Jacob lors de sa septième année. C’est ainsi qu’elle avait appris son statut de loup-garou. Qu’elle l’avait réellement admiré pour la première fois de s’être sacrifié pour son frère et sa sœur aussi peste que le venin d’un serpent. Quand serait-il de Philip lorsqu’il entrerait à Poudlard ? La jeune fille imaginait Jacob dans son plus jeune âge. Cette innocence enlevée lors de cette nuit où il avait fait preuve de courage, comme l’avait écrit son père. Le silence de quelques secondes qui s’était installée entre les deux individus la plongea dans des pensées tellement profondes qu’elle en oublia sa présence. Des souvenirs vagues de discussions dans les recoins discrets du château de sorcellerie lui revenaient en mémoire. Le sortilège n’avait pas seulement atteint le stigmate de cette soirée particulièrement, non, il lui avait enlevé la totalité de l’existence de Jacob Dragonneau dans sa vie. De leur première rencontre dans la Salle des Trophées jusque dans un des milliers de couloirs du château où elle s’était rendue compte qu’elle l’aimait. Jusqu’à cette visite à l’infirmerie après un malaise du jeune homme la veille au soir. Jusqu’à cette promesse de ne plus jamais le revoir.

Hé merde. Voilà la première pensée de la rouquine lorsque tout remontait brouillement à la surface. L’aimait-elle encore ? Avait-elle un brin de sentiments toujours d’actualité envers lui ? Etait-ce le cas pour lui ? Combien de temps était passé depuis ces évènements… A ne plus compter. Eternellement debout, appuyée contre ce mur à écouter les mots sans sens à ses yeux de Jacob, Lily l’observait. Imaginait sa crédibilité de dire autour de soi qu’il avait rejoins l’Ordre du Phénix. Sa crédibilité de convaincre les membres, d’ailleurs presque tous de sa famille, de sa volonté de rejoindre leur camp. De combattre à leurs côtés. De leur montrer sa loyauté bien que ce ne soit que pour son propre intérêt. Mais elle n’eut pas le temps de penser plus qu’il se leva.

« Oui, j’ai eu tort de venir. Je voulais justement te parler, au moins une dernière fois. Mais j’ai eu tort et je ferais probablement mieux de m’en aller. »

Cette voix. Cette voix, elle paraissait l’avoir tant entendu. L’avoir tant appréciée autant dans ces moments de haine que d’amitié. Ses mains étaient croisées derrière son dos, la jeune fille s’affichait dans une position peu commune pour elle qui cherchait toujours à se défendre. A montrer qu’elle pouvait s’en sortir alors qu’elle coulait. Et ses prunelles. Ses prunelles qui le fixaient. L’observait sans comprendre pourquoi il était debout alors qu’elle en était l’entière responsable. Le regardait en cherchant n’importe quelle excuse pour qu’il reste. Pour qu’il se rassoit. Pour que, même si c’est dans un lassant silence, il occupe de nouveau ce fauteuil.

« Je te remercie de m’avoir accueilli, sans m’avoir craché au visage… et je suppose que nous devrions en rester là. »
« Et tu comptes faire comment pour rejoindre l’OdP si on en reste là ? »

Instinctivement, la question avait fusé des lèvres de la jeune fille qui ne frémissait pourtant pas de sa position. Elle aurait pu s’engourdir les bras, se sentir inconfortablement tenue. Mais elle décontracta seulement les muscles de son visage pour accorder un sourire sincère à son interlocuteur. Un sourire qui éclaira ses iris. Un sourire qui anima son visage. Presque un rire. Oh, ce que ça lui faisait du bien de vouloir rire avec quelqu’un d’autre que ses frères ! Avalant les chatouilles lui caressant la gorge, elle rejoignit le fauteuil qu’elle avait occupé quelques minutes auparavant, sans inciter son compagnon de cachette à faire de même.

« C’est d’accord, je vais t’aider. Mais ce n’est pas moi qui vais faire tout le boulot, tu vas devoir être vachement convaincant quand on sera là-bas. Même s’ils ne te toucheront pas dans un accès de haine parce que je serais là, tu auras peu de temps pour les persuader de ta sincérité. On est plutôt rancuniers, dans la famille, tu as sûrement pu le voir. »

Attrapant sa bierraubeurre, Lily la porta à ses lèvres tandis que Jencko fit son apparition à ses pieds. Acceptant le chat sur ses genoux, elle gratifia de quelques tendres caresses son animal qui ne la quittait plus depuis un certain temps. Autant, il pouvait disparaître des jours entiers, autant, il pouvait devenir tel un pot de colle pendant des semaines. Le laissant alors se glisser sur son épaule, ce qu’il pourrait éternellement se permettre grâce à sa petite taille, Lily profita de l’épaisseur de sa fourrure pour se réchauffer la nuque. L’étoile à cinq branches resplendissait toujours sous sa chevelure, frémissant à chaque danger. Ce qu’elle n’avait pas fait face à la présence de l’aîné des Dragonneaux.

« Et si, dans le meilleur des cas, ils t’acceptent parmi nous, il faudra passer du temps à trouver un stratagème pour que tu puisses venir en toute sérénité, car les réunions et les repas et tout ce que tu veux, tu seras presque contraint d’y assister au bout d’un moment. Du moins, tu risques de passer pas mal de temps avec nous. »

C’est ce que pensait Lily, lorsqu’on observait tous les moments que les membres partageaient. Mais sûrement que les choses seront différentes pour le jeune homme… A commencer par le gain de confiance qu’il devait s’approprier.
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Lun 18 Nov - 14:55

    Jacob s'apprêtait réellement à partir, songeant qu'il échangeait peut-être ses derniers mots avec Lily. Il se disait qu'après tout, c'était sans doute mieux ainsi. Il passait toujours ses désirs après sa volonté. Il se rendait compte à présent combien sa vie n'avait était qu'une suite de devoir effectué. Il était resté là, en parfait petit prince, pendant si longtemps tout en se posant des questions. Il ne remettait pratiquement rien en question, en fin de compte. Sa supériorité lui était évidente. En rejoignant l'Ordre du Phénix, elle serait indubitable après quelques mois passés à leur côté, à leur prouvé sa bravoure ainsi que sa loyauté.

    Il comptait vraiment partir. Mais Lily, qui avait prit une position bien inconfortable en glissant ses mains derrières son dos -pourquoi ? pourquoi ? allait-elle en tirer une dague ?- lui demanda:

    - Et tu comptes faire comment pour rejoindre l’OdP si on en reste là ?

    Sur le moment, Jacob ne su que répondre. Il n'y avait pas réfléchi une seule seconde, pour être honnête. Lily, toujours dans une position étrange, laissa ses lèvres s'étirer dans un sourire sincère. Elle semblait presque l'encourager à dire ce qui lui plairait.

    - Eh bien, commença-t-il, hésitant. Je me tournerais sans doute vers Foil. Il ne me rejettera certainement pas. Il m'en doit une. Et il ne me déteste pas, à vrai dire... Mais si je ne me suis pas tourné vers lui, c'est qu'il y a une raison, et que je préfère passer par toi pour rejoindre l'OdP.

    Elle rejoignit son fauteuil, sans même inviter Jacob à en faire de même, car elle se doutait qu'il en ferait de même. Pourtant, sur le moment, il resta tout à fait statique. Lily lui assura qu'elle l'aiderait, et il accepta alors de reprendre place. Elle lui expliqua néanmoins que ce serait à lui de se montrer convaincant. Sur le moment, il se sentit un peu vexé, même s'il n'en montra pas l'ombre. Evidemment qu'il se montrerait convaincant. Il serait sûr de lui, fier, repentant s'il le fallait. Jacob savait se montrer persuasif. Au fond, il tempéra ses sentiments. Lily disait cela sans le penser, sûrement. Et elle ne l'avait jamais réellement vu à l'oeuvre, commandant, inspirant ses troupes. Il était à sa façon un acteur.

    Même s'il était accepté, disait Lily, il faudrait qu'il trouve un moyen pour venir en toute sérénité les voir. Ce qui serait certainement récurrent. Cette nouvelle enchanta particulièrement Jacob, et il avait beau se douter qu'elle ne ferait pas partie des réunions de l'OdP, il lui restait un espoir, un jet de lumière dans la pénombre, qui lui certifiait le contraire.

    - En tout cas, dit-il, je te remercie pour les efforts que tu fournis.

    Il se tut, puis repris:

    - Pour le moyen de venir en toute sérénité vous voir, j'y ai réfléchi depuis de nombreuses semaines. Et je ne vois pas d'autres solutions que le polynectar et la fuite.

    En cet instant, il ignorait ce qu'impliquerait cet acte.

    - Ne le dis pas encore à ta famille. Ni à personne, d'ailleurs. Quand je serais parmi vous, j'en serais déjà un autre. C'est plus simple. Je ne suis pas particulièrement pisté par mon père, qui a une confiance borné en moi - le pauvre - mais il est évident que je dois lui confier la plupart de mes mouvements... pour ma sécurité.

    Il laissa choir ses bras le long des accoudoirs, puis croisa les jambes. Il se sentait déjà un peu plus à l'aise.

    - Sinon, il faudra bien qu'on reparle un jour de notre passé, Lily...

    Il avait dit cela d'un ton neutre, qui dissimulais toute émotion fugace derrière une étiquette hypocrite.
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Lun 9 Déc - 15:44

keukou:
 


La petite cabane aménagée abritait toujours les deux jeunes gens qui s’étaient de nouveau trouvés dans une position de face à face qui ne traduisait pourtant pas une quelconque amertume ou haine. Les voilà partageant seulement une discussion des plus banales bien qu’un enjeu quelque peu important les animait, comme il ne l’avait pas fait depuis, semble-t-il, un long moment. La position qu’elle avait adopté un instant auparavant se traduisait maintenant dans un relâchement total au fond du fauteuil qu’elle occupait, Lily s’amusant à balancer ses jambes dans un mouvement lent, balayant l’air de ses bottes fourrées la protégeant du froid hivernal. Elle se sentait à l’aise. Bien que des jours et des semaines et des mois semblaient séparés Jacob et la rouquine, elle n’avait aucun apriori à se laisser aller, soufflant un peu des dernières pressions ressenties autant au dehors qu’au château. Le fait qu’elle lui ai indiqué qu’il devrait sûrement opéré de manière un peu plus subtile et frontale qu’auparavant son charme convaincant semblait l’avoir vexé, bien que Lily sache pertinemment que le jeune homme était doué dans ces choses là. Simplement, à ses yeux du moins, il entrait dans une autre cour que celle qu’il avait l’habitude de côtoyer. Une cour qui présentait un avantage pour la jeune fille vis-à-vis de lui puisqu’elle la connaissait par cœur. Preuve que ce n’était, à ses mots, apparemment pas pour rien que Jacob s’était retourné vers elle et non par vers Foil. Enfin, quoiqu’il en soit la raison de son choix, Lily se savait en confiance avec lui, des bribes d’images apparaissant successivement au creux de sa mémoire au fil que les secondes s’écoulaient.

La jeune fille, toujours ballotant de ses jambes, trouva l’idée du polynectar très intéressante bien que celle de la fuite ne la ravisse pas tellement. Certes, cela ne la concernait pas mais elle ne pensait pas que disparaître du jour au lendemain sous l’épisode d’une fugue était vraiment la meilleure des choses à faire. Cependant, si c’était le choix de Jacob, elle n’avait d’autres choix que de l’approuver, d’autant plus qu’aucune autre idée ne lui venait subitement en tête. Acquiesçant d’un hochement de tête, un sourire amusé traversa ses lèvres lorsque le jeune homme évoqua le mot « sécurité », appuyant délibérément sur le ton de ce mot pour en signifier le sens important bien qu’ironique. Jetant un coup d’œil vers lui, elle ne cacha pas son rire léger en imaginant Jacob dans un autre aspect physique que la sienne faisant face à son père. Même si le polynectar n’a des effets que passagers, il est vrai qu’il serait véritablement utile dans l’ascension qu’ils supposaient s’apprêter à gravir dans leur échange actuel.

« Le polynectar est vraiment une bonne idée, oui. Je suis d’ailleurs sûre que tu t’es déjà arrangé pour ça, ajouta-t-elle avec un sourire malicieux. »

Jacob avait toujours eu les devants, dans ses frais souvenirs, pour devancer ses adversaires et prévoir n’importe quelle tactique à la dernière minute. Même si cela avait été dans le camp adverse, il avait fait preuve de ruse et de malice pour parvenir jusque dans le parc du château et poursuivre ses rivaux, bien qu’il se soit voué, lui et ses compatriotes, à un fameux échec. A vrai dire, tout le monde disait de ce soir là que personne n’avait remporté quelconque trophée. Si ce n’est celui du nombre de morts.

« Sinon, il faudra bien qu’on reparle un jour de notre passé, Lily… »

Le regard que la concernée lança en direction de son interlocuteur lui permit de savoir qu’à son tour, le grand brun se mettait plus à l’aise. Dans le ton qu’il avait employé, il lui semblait vouloir plus par nécessité que par envie, d’aborder ce sujet. Comme s’il pressentait que la jeune fille souhaitait éclaircir les choses bien que l’idée ne lui ait pas encore traversé l’esprit. Passer d’un sujet à un autre aussi vivement coupa court aux pensées de Lily qui ne sut plus où se mettre. Préférant jouer la carte de la décontraction comme il semblait le faire, elle haussa les épaules non pas dans un mouvement de dédain mais d’incapacité à répondre quelque chose de concret. Répondre tout court, en fait.

« Tu n’es pas obligé de te forcer à aborder le sujet. D’autant plus que je ne sais pas si je serais en mesure de te dire quelque chose alors que la moitié de ce qu’on a pu… de ce qu’on a pu vivre, entre guillemets, vient à peine de me refaire surface comme une fleur. »

C’est vrai, que savait-elle si ce n’est les images qui défilaient sans cesse depuis une vingtaine de minutes dans son esprit ? Si ce n’est cette sensation étrange d’avoir un sentiment incompréhensible envers cet être qui, pourtant, tout séparait ? Maintenant que la question était abordée, toutes ces interrogations refaisaient surface comme si… comme si elles ne l’avaient jamais quitté. Bon Dieu, qu’avaient-ils pu vivre de si intense pour que cela la perturbe autant ? Comment pouvait-elle être aussi à l’aise en sa présence alors qu’ils avaient, auparavant, toutes les raisons de se faire la guerre ?

Pivotant à nouveau le visage vers lui, Lily eut un sourire doublé d’un haussement d’épaules qui trahissait son état d’esprit actuel. Que pouvait-elle dire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Sam 14 Déc - 17:48

    Que pouvais-je dire ou faire ?
    Le climat environnant s'était considérablement adouci. Hé ! Pour un peu, on aurait pu sortir deux tasses et se faire une après-midi thé, pourquoi pas ?
    Non, vraiment, sérieusement, je n'avais pas pensé que l'atmosphère eut pu se relâcher autant. Lily souriait, voire riait doucement. Et je savourais ces grelots comme une berceuse, un soir d'hiver. Combien de fois avais-je rêvé de cet instant, en même temps si différemment où nous aurions pu discuter calmement, simplement, sans prise de tête ? Je ne suis même pas sûr que nous en ayons eu ne serait-ce qu'une. C'est dire combien notre relation avait pu être houleuse.

    Intérieurement, j'essayais de recompter et de me narrer de nouveau toutes les fois que nous nous ayons parlé, même les quelques rares fois où nous étions simplement salués cordialement au détour d'un couloir à Poudlard. J'essayais de comprendre ce qui avais pu nous réunir. Zephyr.
    Cela avait commencé par un petit malheur, une tentative d'agression; le preux chevalier -moi- était arrivé en scène et avait tout sauvé.
    Enfin, quand on y pense bien, mon sauvetage n'avait pas été particulièrement glorieux. Plusieurs personnes avaient été blessé et ça semblait déjà être le présage des futurs déboires de l'Inquisition. En un sens, cela aurait dû nous donner une leçon. Arracher la mauvaise herbe avant qu'elle ne contamine le reste du jardin. Mais il y a toujours une première et une deuxième fois.
    Il y a eut la première, puis la seconde guerre mondiale. Après, les gens ont comprit qu'il fallait arrêter le massacre.
    C'est toujours comme ça, avec n'importe quoi, de toutefaçon. Les gens ont besoins de deux baffes pour comprendre les choses et se dire: "Stop ! on arrête le massacre". Ils se lamentent quand une chose disparaît et on a beau leur dire "Mais vous pouviez empêcher la chose d'arriver !" ils nient tout en bloc.

    Je m'énervais avec de telles pensées, alors je m'obligeai à me rassurer avec des songes. Voilà, ça avait passé l'éponge. Il avait juste suffit de reconcentrer mon regard sur le visage à la fois si enfantin et si mature de Lily. Elle avait des traits fins, symétriques, et la perfection des humbles pétillait dans ses yeux.

    Lily m'assura que nous n'étions pas obligé d'aborder la question le moins du monde. Pas pour le moment. J'étais plutôt soulagé, même si je dois l'admettre, j'aurais préféré en finir. Il ne suffisait peut-être pas d'en parler pour sentir que la plaie s'était cicatrisée. Mais naïvement, je le pensais en cet instant.

    - Il faudra, en tout cas, qu'on essaie de ne pas perdre le contact.

    C'était une résolution évidente, mais qu'il me semblait nécessaire d'énoncer malgré tout. On a vu trop souvent d'anciens amis se retrouver après plusieurs années, se promettre de s'écrire, de boire un coup au bar, de s'appeler... et puis, la routine reprend. Il y a toujours le numéro de téléphone, mais on n'ose pas, on n'ose pas appeler. L'autre serait forcément trop occupé. Et quand on prend son courage à deux mains, le numéro a disparu...
    La situation était bien différente, j'en conviens, mais en un sens assez similaire.

    C'est à ce moment-là que le jumeau Weasley se décida à arriver. Sur le coup, il ne vit pas; moi je voulais disparaître sous terre.
    Il fallut voir son oeil mauvais en me voyant pour comprendre. Je ne paniquai pas néanmoins, même quand il essaya de m'attraper au collet pour me soulever -mais j'étais plus grand que lui, plus costaud, ce qui le rendait un peu ridicule. Je le repoussais vivement tandis qu'il bafouillait quelques insultes.

    - Lily, dit-il, Lily, Lily, Lily ! Comment as-tu pu laisser entrer ce type ici ? Je ne comprends pas ! C'est un abruti, un salaud, et tu le sais parfaitement !
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Dim 15 Déc - 15:33

« Il faudra, en tout cas, qu’on essaie de ne pas perdre le contact. »

Comment perdre le contact s’il rejoignait l’Ordre du Phénix ? Lily pensait à ce parti politique qui en était devenue une communauté au sein de sa famille. Les repas houleux autour des derniers textes de loi, les après-midis passés à espionner les hommes discuter de choses et d’autres plus ou moins importantes dans le salon aménagé tout spécialement pour cela, les petits fours que sa grand-mère et sa mère préparaient soigneusement pour les occasions, les rires qui trahissaient les moments de détente et de relâchement. Si la Chaumière aux coquillages était devenu le quartier général du parti, il n’en était pas moins non plus l’endroit le plus fréquenté de Londres. Et ceux, par n’importe quelle personnalité que se décidait à inviter son père. Cependant, le lieu était plus celui des retrouvailles entre famille au moment des vacances scolaires. Les enfants retrouvaient leur chambre au grand damne de leurs mères qui constataient le bordel tout autant retrouvé, les oncles de passage s’arrêtaient quelques jours pour profiter des festivités ou simplement se reposer, les cousins et les cousines faisaient aussi leur apparition pour l’histoire de plusieurs jours, voire semaines…

Bref, lieu de convoitise et d’amour.
Et de cris et de colère.
Mais ça, c’était autre chose.

La bierraubeurre trônant fièrement sur la table de bois qui séparait les deux jeunes gens, Lily ne tarda pas à la reprendre entre ses mains pour en déguster une gorgée, la chaleur quelque peu étonnante pour une sorte de cabane en bois, provoquait une ambiance chaleureuse dans la pièce. Qui aurait pu le croire, que quelque chose soit chaleureux entre Jacob Dragonneau et Lily Potter. Et pourtant, pour une fois, les voilà se parlant calmement, échangeant des idées, des paroles parfois tout aussi banales que n’importe quelles autres. Jusque là, il faut s’avouer qu’ils n’avaient fait que se déchirer. Du moins, dans les souvenirs qui lui étaient subitement revenus. S’ils avaient échangés calmement, sans échanger sortilèges, insultes ou autres choses atroces, leurs discussions n’en avaient été pas moins souvent houleuses. Et aujourd’hui, une simple table de bois les séparait entre deux rires.
Ecoutant les bruits au dehors, des passants enjoués devant la vitrine de farces et attrapes, la jeune rouquine pensait à ce qu’elle pourrait bien dire à Jacob le jour où cette discussion referait surface. Car comme il devait si bien le penser tout autant qu’elle, à un moment le faudrait-il. Aborder ce sujet. Comprendre ce qui les avait amenés à tant d’émotions. Maintenant que ce trou béant de noirceur avait quitté sa poitrine, c’était ce sentiment étrange d’être attachée à cet homme de quatre ans son aîné. Ses traits durcis par une vie mouvementée et dont il ne paraissait être sûr de ne pas vouloir la séduisaient. Elle se forçait à ne pas le regarder et pourtant son visage se reflétait parfaitement devant ses prunelles, comme si elle en connaissait le moindre défaut ou la moindre perfection.

Le cliquetis de la serrure qu’elle avait soigneusement verrouillée derrière eux la fit sursauter de surprise. Avec appréhension, le visage de son oncle apparut dans l’entrebâillement de la porte, un sourire aux lèvres de voir sa nièce s’y cacher avant d’en comprendre la raison. Les insultes fusèrent, ce qui arracha un regard sévère à la rouquine qui s’avançait vers les deux garçons, l’un deux paraissant prêt à se battre. N’ayant pas besoin d’intervenir pour que son oncle soit séparé de quelques centimètres de Jacob, elle s’interposa néanmoins entre eux pour faire face à Fred. Qui ne tarda pas à réagir à sa provocation.

« Lily, Lily, Lily, Lily ! Comment as-tu pu laisser entrer ce type ici ? Je ne comprends pas ! C’est un abruti, un salaud, et tu le sais parfaitement ! »
« Ravie que tu connaisses si bien mon prénom, oncle Fred. »

Une réplique qui déstabilisa ce dernier devant le peu de considération qu’accordait sa nièce à ses paroles et à l’importance de la présence d’un Dragonneau non loin d’eux et de surcroît, chez eux. Elle devait s’avouer que le regard qu’avait revêtit son oncle l’effrayait quelque peu, l’observant énervé pour la toute première fois de sa vie. Ne lui laissant pas le temps de répliquer, elle avança d’un pas pour s’approcher un peu plus de ce qui représentait sa famille et lui saisir la main.

« Je veux bien que tu le traites de tous les noms d’oiseaux que tu trouves, ça, ce n’est pas mon problème, que tu le détestes aussi, ce n’est pas mon problème non plus. Mais tu n’as pas le droit de me juger sur mes fréquentations. Si j’ai accepté de le recevoir ici, c’est parce que j’ai mes raisons. Et ça, c’est mon problème. »

D’accord, niveau explications, elle n’était pas au top niveau. Mais que dire lorsqu’elle venait de promettre de ne pas parler de l’initiative de Jacob à quiconque ? Puis mentir n’était véritablement pas son truc. Elle était rarement bonne actrice dans ce genre de scènes.

« Fais-moi confiance, tu veux ? Ne t’inquiètes pas et n’en parles à personne. »
« Mais, Lily ! »
« Oui, ça va, je sais comment je m’appelle ! »

Comme un code, la Lionne effectua un geste de la main sur celle de son oncle. Il la regarda avec tant de tendresse que les éclairs qu’il lança ensuite en direction de Jacob auraient pu paraître exagérés. S’éloignant de sa nièce pour s’approcher du concerné, il n’en oublia néanmoins pas ses menaces.

« Fais attention à ce que tu peux faire avec elle. Tu ne la feras pas souffrir comme ton père a pu le faire avec tout le peuple sorcier. Nous t’avons à l’œil. »
« Ça suffit. »

Lily ne l’avait pas interrompue, non. Qui était-elle pour empêcher son oncle de dire quoique ce soit ? Elle venait déjà de lui demander sa parole dont elle savait qu’il ne trahirait pas. Poussant Fred dehors, elle referma de nouveau la porte à clé et, sans se retourner tellement la honte l’envahissait, murmura des excuses confuses.

« Je suis désolée. Je ne m’y attendais pas. A ce qui débarque, comme ça, je veux dire. »

La main sur la poignée, elle quitta celle-ci pour revêtir un sourire gênée auprès de son interlocuteur. Maintenant plus que jamais, le sujet qu’il avait voulu abordé quelques minutes auparavant semblait être opportun à remettre sur table. Ce qui ne devaient pas les ravir tant que ça.

« Ecoute, tout ce que j’aurais à te dire à propos de… de ça, c’est que tu as choisi ta vie, la preuve en est que tu veux modifier le cours des évènements, changer ce que ton père a décidé pour toi. Je pense que tu sais que si je t’ai reçu ici, c’est que je n’ai pas de dents contre toi, que je ne te déteste pas. Tu en sais plus que moi dans cette histoire, je te signale que je viens à peine de recouvrer la mémoire sur ces passages, rajouta-t-elle dans un léger rire. Donc… si on a quelque chose à faire, on le fera en tant voulu. En attendant, je n’ai rien d’autre à t’accorder qu’une confiance aveugle. »

Cette position qui lui avait paru si étrange était de nouveau sienne, adossée contre le mur aux côtés de la porte. Les mains croisées derrière son dos, le malaise qu’elle ressentait de cette intervention était trahi par son sourire que trop peu naturel. Comment se sentir après de telles paroles ?
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Jacob Dragonneau
♦ Faculté de Politique ♦
avatar
Messages : 1638
Date d'inscription : 04/05/2012

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 18 ans
Double-compte:
Travail/Etudes:

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Ven 3 Jan - 19:03

    Je me rendis compte que mes espérances - ne pas perdre le contact - n'était pas suffisamment expliqué, ou même explicable, de toute manière. Nous avions, à Poudlard, alors que nous pouvions nous voir tout les jours, réussit avec un succès démentiel à nous éviter. Et que cela soit volontaire ou non; que nous l'ayons souhaité ou non, il n'y avais qu'une conclusion à en tirer. Une conclusion que je me contentais de lui livrer sans la notice pour comprendre son sens exacte:

    - Disons simplement que nous sommes les champions du monde pour nous faire des noeux au cerveau...

    Et c'était vrai. Depuis ce fameux jour où j'avais "sauvé" la vie, ou au moins l'intégrité de Lily des pattes velues de Zephyr, nous n'avions jamais cessé de nous plonger dans les méandres d'une absurde convenance sociale. Ou même d'une règle factice, complètement tacite qui nous avait forcé - au moins moi - à refuser de reconnaître mes sentiments au grand jour.
    Lily, c'était le prénom-ruisseau qui coulait de mes lèvres comme une évidence. Elle était le soleil envahissant de mes pensées et la raison de mes peines. Elle justifiait mon courage et maudissait mes faiblesses au moment où j'aurais pu en avoir. Elle me rendait meilleur, réduisait ma confiance, engendrait dans mes entrailles ce besoin de glapir au lieu des soupirs ma rage d'exister.
    Triste ironie s'il en est, de songer que je ne serais plus quelques jours après. C'est-à-dire que ce bon vieux Jacob qui hantait mon enveloppe charnelle ne serait plus. Ou plutôt, que cette apparence sans importance s'évaporerait en faveur d'une autre.
    Tout simplement.

    La scène suivante m'offrit le théâtre de répliques assez délicieuse entre Lily et son oncle.
    Ce dernier était arrivé d'une façon si soudaine dans une ambiance détendue que je sursautai. Il ne s'adressa pas à moi, mais à Lily, ce qui fait toujours plaisir, parce que dans ces moments-là, on se sent invisible, ou sans âme comme un objet quelconque dans un musée dont les spectateurs ferait la critique devant; sans vergogne.
    C'était donc, bien sûr, particulièrement irrespectueux de la part de Weasley, et si je n'avais pas eu l'intention de rejoindre l'Ordre du Phénix, j'aurais ordonné immédiatement son incarcération dans la prison d'Askaban. Ce petit suicidaire était donc un sacré couillu, si vous me permettez l'expression.

    Quand enfin il me parla, ce fut en des termes plutôt vexant. Je haussai les épaules simplement pour montrer que je n'avais nullement l'intention de m'abaisser à une joute verbale aussi futile qu'inutile.
    Lorsque Weasley fut partit, Lily s'excusa de cette intrusion et moi, d'une main aussi magnanime qu'emplie de bonté, je lui signifiai que cela n'avais pas la moindre importance.

    Lily se permit un petit discours. Elle lui dit qu'il avait choisit sa vie, après tout.
    Au final, il -moi quoi- en savait plus qu'elle sur toute cette histoire. Elle venait à peine de recouvrer la mémoire, ajoutait-elle en riant, d'un rire charmant.
    Elle n'avait qu'une confiance aveugle à m'accorder.
    Vrai.

    - Quelque soit l'issue de la guerre, aussi longue soit-elle, on sera dans le même bateau, de toute façon. Avec toute les ambiguïtés qui s'enlève. Toute l'hypocrisie jeté par la fenêtre. C'est beau, non ? Presque un songe.

    Je me levai prestement, nonobstant le temps que nous avions passé à discuter et sentir croître le malaise, le bien-être, le malaise et ensuite à nouveau le bien-être.

    - Et si nous sortions ? N'importe où fera l'affaire. Et tant pis pour les yeux de la populace. On étouffe ici !

    Je n'attendis pas son assentiment. J'étais déjà ailleurs, déjà à l'extérieur. Je connaissais un endroit où les yeux et les oreilles indiscrètes ne sévissaient pas. Ce serait l'endroit parfait. Une antre qui ne serait ni celle de Lily, ni la mienne tout à fait.
    Je savais qu'elle me suivait. Ou du moins l'espérais-je. Car ne me retournais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lily L. Potter

avatar
Messages : 2981
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 14 ans.
Double-compte: Nienna Selwyn.
Travail/Etudes: Quatrième année.

MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   Dim 19 Jan - 12:11

Le visage de Jacob paraissait approuver ses dires, particulièrement sa dernière parole. Pensif, il détourna néanmoins la conversation en se redressant brutalement. Une chaleur étouffante habitait dorénavant la pièce, réchauffée par la présence de leurs deux corps. Silencieuse, Lily observait le jeune homme face à elle et comprenait pourquoi et comment elle avait pu développer des sentiments pour lui. Si elle ne se serait jamais retournée sur sa silhouette à cause de son statut, elle l’aurait probablement fait pour son physique. Ses prunelles claires ne trahissaient jamais ses émotions. Il avait cette faculté de se couper de tout évènement à un tel point qu’il en devenait dangereux. Les traits de son visage si fins ne correspondaient pas souvent avec la dureté de ses mots. Il avait ce charisme qui faisait tomber toutes les femmes. Parfois même les hommes les plus influant politiquement. Seul son petit côté rêveur ressortait parfois de ses expressions extérieures. C’est à ce moment là qu’il était particulièrement séduisant. Avec cette barbe de trois jours et ce sourire insouciant.

« Quelque soit l’issue de la guerre, aussi longue soit-elle, on sera dans le même bateau, de toutes façons. Avec toutes les ambigüités qui s’enlèvent. Toute l’hypocrisie jetée par la fenêtre. C’est beau, non ? Presque un songe. »

Là, Lily n’aimait pas ce genre de réponse. Comme condamné à cette situation, il prononçait ses mots en mesurant pour chacun leur signification. Silencieuse, il l’avait extraite de sa contemplation en ouvrant la bouche. Aujourd’hui, en soit, plus rien ne les séparaient. Pas même la table de bois qui trônait au milieu de la pièce et où flottaient deux bierraubeurres à peine entamées. Ecartant ses pensées furibondes de son esprit, elle laissa Jacob aller à ses mots.

« Et si nous sortions ? N’importe où fera l’affaire. Et tant pis pour les yeux de la populace. On étouffe ici ! »

Il n’attendit pas de réponses particulières pour tourner la clé de la serrure et poser un pied dehors. Ni même pour commencer son chemin sans elle. Il savait pertinemment qu’elle le suivrait, ce qui paraissait logique, autant que si ça avait été elle la première à sortir de la pièce. A proposer de se donner aux yeux de tout le monde. Et après tout, il avait tellement raison qu’elle s’en fichait aussi, de savoir qui pourrait ébruiter la compagnie Dragonneau/Potter côte à côte sur le Chemin de Traverse. Refermant la porte derrière elle, elle rejoignit les pas de Jacob pour les suivre. Il semblait avoir une idée précise de sa destination. Lily, elle, ne posait pas de questions. Il y en avait eu assez des questions, des interrogations qui restent éternellement sans réponses. Ils n’étaient pas faits pour chercher des réponses. Ils étaient faits pour vivre au jour le jour, avec leurs hauts, leurs bas, leurs épreuves, leurs disputes, leurs ententes, leurs bonheurs et leurs désillusions.

Jacob et Lily.

Le regard de son oncle lui transperça le dos. S’il n’avait rien sur le fait que sa nièce aille se balader innocemment et insoucieusement sur les dalles du Chemin de Traverse, c’était plutôt ses fréquentations qui le dérangeaient, sachant pertinemment que son beau-frère ne trouverait rien à redire quant à cela. Il serait encore le seul à se dire que ça pouvait être dangereux. Le seul à surveiller de près. Il entendait déjà Ginny lui répéter une énième fois que « Lily est assez grande maintenant, elle sait ce qu’elle fait. Nous ne sommes pas les seuls à avoir vécu une bataille, n’oublies pas, Fred. »

Tout ça, sans savoir les sentiments qui rattachaient les deux individus.
Du moins, qui rattachaient la Lionne au Blaireau.
Revenir en haut Aller en bas
http://newhysteria.tumblr.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les souvenirs disparus (PV Lily)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les souvenirs disparus (PV Lily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les souvenirs disparus (PV Lily)
» [FB Irène - Altia] Les souvenirs disparus de la Rose (Grèce)
» Les disparus du 12 janvier
» [Fiche d'île] Amazon Lily
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obscuro Momentum ::  :: Chemin de traverse-