Obscuro Momentum
Bienvenue à toi, intrépide futur membre ! Ou bien rebienvenue à toi, feuille de lotus préférée. Si tu es une feuille de lotus, connecte-toi. Si tu es un intrépide futur membre, explore le forum à ton aise ! Notes que si tu t'inscris, nous t'accueillerons avec les bras ouverts. Et si tu nous fais un élève à gryffondor ou à poufsouffle, nous te vénérerons encore plus parce que nous en avons besoins !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est entré et m'a volé le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: Il est entré et m'a volé le monde   Ven 18 Oct - 22:51

Le regard de l’autre. Voilà ce qui perturbe, ce qui perplexe. Se faire voler le monde, par une paire d’yeux insolites.  Sartre, malgré tout, avait raison. Notre égocentrisme si facilement dérobé nous pousse à réagir soit par essayer de séduire le regard de l’autre, soit par en reprenant possession de sa subjectivité et de replacer cet autre regard dans l’ordre du « ceci ».

Depuis un mois, j’ai essayé de séduire le regard des autres, sans devoir faire trop d’effort. Une future mariée, une héroïne acclamée, j’étais bien vue par tous, au sens propre et au sens figuré. Des regards bienveillants, pour la plupart. Quelques jaloux, quelques jalouses, mais j’essayais de ne pas trop me préoccuper d’eux. Si heureuse d’être de retour chez moi, j’ai oublié le collimateur dans lequel je me trouvais. Lorsque j’en ai repris conscience, ce ne fut pas la même joie ni la même fierté que je ressentais.

Tobias et moi nous étions beaucoup rapprochés pendant l’été. Cet homme bon – bonhomme à ses heures – me chérissait autant que je l’admirais. Si je n’avais pas cette alliance au doigt, j’aurais volontiers eu le béguin pour mon professeur. Une relation plus profonde que celle d’un amour professeur-élève  nous unit.  Bavardages sentimentaux de côtés, nous étions d’excellents complices. Du coin de l’œil, il était toujours en train de me dire quelque chose et moi, entourée d’amis, je riais toute seule et bêtement.

Le regard des autres m’appris autre chose sur notre relation : elle n’était pas bien vue. Sans que je le sache, on l’accusait de népotisme à mon égard alors que, sans fausse modestie, je pouvais proclamer que mon bulletin n’avait pas besoin d’être altéré par la direction pour que je passe mes cours. Des rumeurs couraient que j’étais infidèle à Romain avant d’avoir été menée à l’autel, donnant rendez-vous au directeur dans le secret de la nuit. Ces commérages me blessaient, m’attristaient. Une minute je me crois aimée, l’autre je suis diffamée.

Ce renouvellement de paire d’yeux m’affecta un soir, à l’heure du souper. Tobias m’avait levé son verre de loin en guise de salutation et au lieu de lui répondre par un étirement de la commissure de mes lèvres, je retournai la tête, embarrassée. J’avais honte d’être la cible de cette multiplicité d’yeux et d’encore plus, j’étais fatiguée. Sans finir mon assiette, je me levai, oubliant de m’excuser et sorti prendre de l’air.

Stupide fille.

Il faisait froid, mordant, l’hiver s’annonçant avec chaque coup de vent. Pourtant, l’idée de m’enrobée d’un manteau et d’un foulard ne m’attirait guère. Je regardais au loin la grille des portes d’entrées. C’est là que Romain et moi avions commencé ce terrible périple qui nous a, malgré tout, menés au bonheur présent.

Ce jeune homme rêveur était maintenant mon fiancé. J’étais amoureuse. Cela me réjouissait car je me souvenais d’un temps où je peinais à le sentir proche alors que lui m’aimait tant. Je me suis longtemps sentie coupable de ne pas l’avoir aimé avant, mais je me rends compte maintenant que même si il m’aimait, ce n’était pas de la même façon. Tous deux nous étions plus jeunes, moins matures; naturellement, nous avons évolué, tant en tant que personnes que par nos sentiments. Puis, je ne vais pas vous analyser tout ça. J’aime, je l’aime. Voilà tout.

Je souriais et déjà, je me retrouvais à la lisière des bois. Je frissonnais de partout, mais je n’y pensais même pas, tellement mon nez coulait. Je sortis ma baguette des plis de mon uniforme et essuya le tout, m’enveloppant de chaleur tant qu’à y être. Je m’apprêtais à retourner vers le château quand une voix m’interpella. Une voix sombre, ténébreuse, ronde. Je fus prise de crainte, brandissant ma baguette haute, n’osant même pas éclairer la scène. J’étais observée, sans aucune faculté fiable pour reconnaître celui qui me vola le monde.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: Re: Il est entré et m'a volé le monde   Sam 19 Oct - 19:46


« Tu es drôle de sortir toute seule dans le froid. Toute seule, dans le noir. Je ne t'aurais pas prise pour une brave, ni une intrépide. Regarde, tu as peur. Par le son de ma voix, mes paroles insolites. Continue de chercher si cela te plaît. Je te parlerai jusqu'à ce que tu me trouves. Mais ce sera moi qui me dévoilerai, parce que tu n'es pas observatrice. Minuscule dans la pénombre, tu n'es même pas capable de fuir. Trouillarde. Tu ne tentes pas de te défendre non plus, car la rhétorique t'as toujours échappée. Pourquoi restes-tu? Je t'abuse. Ne te trompe pas, je me plais à te voir alors tant que tu es là, je suis heureux. De plus, je sais pourquoi tu restes plantée là, à frissonner bêtement. Trouillarde, imbécile, bornée, je t'attribue toutes ces terribles qualificatifs. Mais jamais je n'oserais t'enlever ta curiosité. C'est cela qui t'empêche de lever ta baguette plus haut, qui colle tes semelles à l'herbe givrée. Tu veux savoir qui je suis. Je suis celui qui te parle, tu peux déduire cela. Beaucoup de choses zappent dans ta jolie petite tête. Qui suis-je? C'est une délicieuse question sur laquelle les romantiques se buttent. Des romantiques comme ce pauvre à qui tu t'es promise. Je le plains, de vouloir épouser une lâche. Tu te crois bien dans ses bras seulement car tu ne veux pas faire l'effort de le quitter. Tu t'illusionnes, petite. Tu l'as su, il n'y a pas si longtemps, que tu ne l'aimais pas. Il te répugne, mais tu n'oses même pas l'honnêteté envers toi-même. Parce que tu es faible, tu emprunte la voie facile. Tu n'essaye même pas de riposter car au fond, tu sais que je sais que tu sais que je sais que j'ai raison. Aha, c'est bien délicieux d'être aussi ridicule mais supérieur à toi malgré tout. » 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: Re: Il est entré et m'a volé le monde   Ven 3 Jan - 12:49


« Je...»

La voix de Laila se cassa dans le froid. Elle s'était écroulée, abasourdie par les paroles de cette voix menaçante. Menaçante, froide, mais connue. Elle la connaissait mais n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Elle disait des atrocités, des accusations... fausses? Laila ne savait plus quoi penser. Tout cela était vrai auparavant. Mais maintenant ce n'était plus cela. S'illusionnait-elle? Se trompait-elle elle même ainsi que Romain et tous les autres? Était-ce vrai qu'elle restait avec Romain que parce qu'elle n'était pas assez brave de le quitter? C'était le premier qui l'aima. Comme un homme aime une femme. Mais elle n'était pas une femme, elle était une fille. Une petite fille, minuscule dans la pénombre. Il lui avait dit.

Il. Lui. Elle savait qui il était mais n'osait pas découvrir son identité. Il le savait, il lui avait dit.

« Je... »

«Tut tut. Tu vas encore parler de toi? »

Elle se tut, même si elle n'avait qu'à peine commencé. Un silence passa et elle frissonna d'avantage. Sa saliver s'accumulait dans sa bouche sans qu'elle s'en rende compte. Elle était chaude et, évidemment, moite. Un mélange inconfortable qu'elle s'empressa de ravaler.

« Que me veux-tu? »

« Encore à propos de toi. Tu sais... »

« C'est toi qui as commencé. »

Première tentative d'affront. Laila avait relevé la tête et avait coupé sèchement la parole à son interlocuteur. Elle se souvint de toutes les tribulations qu'elle avait vécu, justement avec Romain et décida qu'elle n'allait pas se laisser amocher par un homme invisible. Maintenant debout, elle brandit sa baguette et lança un lumos au milieu de la noirceur. Elle fit un pas vers l'arrière lorsqu'elle se retrouva face à un visage creux et anguleux. Une mince ligne, il n'y avait presque rien à regarder. À l'exception de ses yeux. Grands et creux, ils étaient d'un bleu vert pareil à l'océan. Même dans la noirceur, Laila pouvait presque voir les vagues tumultueuses au fond de ces iris pénétrants.

Il y avait une innocence macabre qui habitait ce visage. Alors que la voix qui habitait cette bouche, il y a peu de temps, semblait moqueuse et presque enjouée, les lèvres que Laila constatait ne montrait aucun indice d'un sourire. Pourtant, elle afficha un rictus. Elle le connaissait.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: Re: Il est entré et m'a volé le monde   Ven 3 Jan - 15:07



« Caleb Lancashire. »

Ce nom s'évapora dans l'air froid alors que nous étions face à face, implacables, à une proximité mince.

Né le 2 novembre 2005, né-moldu, 18 ans, Gryffondor, septième année. Je le connaissait absolument. Mais pourquoi? Je n'avais jamais fait très attention à lui. Je le savais un garçon hautain, dédaigneux ainsi que dédaigné. Il pouvait se montrer charmant, mais ce n'était pas une qualité qui venait facilement à l'esprit lorsqu'on y pensait. C'était quelqu'un de plutôt réservé, la personne qui rit tout seul dans son coin et dont on sent le regard se peser sur nous. Celui qui semble connaître les secrets de tout le monde. Celui qui effraie. Et il se retrouvait à deux centimètres de mon visage.

Ma baguette allongeait mon bras qui se roidissait dans le froid. Je respirais longuement. Nos souffles se mêlèrent et je ne voyais plus son visage. Je n'avais que son odeur et son nom. Je ne lui avait parlé qu'une seule fois auparavant et, maintenant que j'y pense, c'était peut-être la conversation la plus intéressante et la plus longue que j'ai eu de toute ma vie. Et je ne me souvenais plus sur quoi elle portait exactement. Mais je me souviens à quel point je me sentais à bout de souffle après le coup, à quel point mon coeur palpitait, comme si j'avais courut un sprint. Et je me  souviens de l'avoir détesté  et de l'avoir oublié aussitôt, comme si nous nous étions jamais rencontrés.

Lui faisant face maintenant rendait cela stupide. Comment pourrais-je l'avoir oublié? Lui? Caleb Lancashire.

Je me reculai d'un pas, le moment des retrouvailles passé. Ensuite il se mit à rire, hors de contrôle. Je fis encore une fois un pas vers l'arrière, effrayée.

« Non, stop. Attend. Arrête-toi. Je ne veux pas t'effrayer. Ahahaha. Laila, attend. »

Je m'étais retournée et m'empressais de retrouver le château. Ça lui prit quelques secondes pour se rendre compte de ma fuite. Avec ses longues jambes d'araignée il me rattrapa sans peine. Encore sous le fou rire, il s'attendait vraiment à ce que je reste là. Quand il dit mon nom, pourtant, c'était avec un ton revenu au sérieux, ordonnant mon arrêt. Je ne voulais pas rester pourtant, alors il mit ses longs doigts blêmes sur mon épaule et me retint. Surprise par ce geste impératif, je me retournai brusquement et me butai contre lui, le poussant violemment plus loin de moi, la paume de ma main contre son torse trop mince.

« Toi, Caleb Lancashire, pour qui te prends-tu? C'est quoi ton tripe d'effrayer des jeunes filles dans le noir, dans le froid, les accusant des pires choses? J'en ai rien à foutre de toi, qu'as-tu à foutre de moi? On ne s'est jamais parlés, on ne se connait pas. Alors, que me veux-tu? Je suis bien capable de te plaquer au sol sans l'aide d'une baguette et tu as l'avantage de la grandeur. Ne pense pas que j'ai peur de toi physiquement.  Tes jeux de l'esprit par contre ne m'enchantent guère. Soit tu t'expliques ou tu me laisse tranquille mais sérieusement, c'est ridicule. Je préférerais presque ne pas savoir. Je m'en irais. »

Et pourtant je restais plantée là, furieuse. Je ne m'enrageais pas souvent et jamais directement, comme ça, en personne. Je peux jurer contre les journaux, contre des complots, mais rarement envers une personne. Je crois que la seule autre personne avec qui je me suis conduite de la seule est Artémis Dragonneau, cette peste de princesse. J'étais hors de moi, haletant de colère. Comment avait-il osé dire toutes ces obscénités ensuite avoir le fou rire?

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il est entré et m'a volé le monde   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est entré et m'a volé le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Truck terminé! C'est un Véhicule volé avec Obuzier! Kaboum
» Recettes d'entrées en vidéo.
» Conversions de véhicules volés orks
» Mon basilisk volé
» tir de volée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obscuro Momentum ::  :: Archives :: Saison 2-