Obscuro Momentum
Bienvenue à toi, intrépide futur membre ! Ou bien rebienvenue à toi, feuille de lotus préférée. Si tu es une feuille de lotus, connecte-toi. Si tu es un intrépide futur membre, explore le forum à ton aise ! Notes que si tu t'inscris, nous t'accueillerons avec les bras ouverts. Et si tu nous fais un élève à gryffondor ou à poufsouffle, nous te vénérerons encore plus parce que nous en avons besoins !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]   Lun 2 Juil - 19:53

Ah quel bel été anglais! De la pluie, de la pluie et encore de la pluie. Ça me donnerait presque envie d'aller me baigner. Mais plutôt, je compte les gouttes d'eau qui s'entrecroisent sur la fenêtre, accoudée à son châssis. Les autres étaient partis en expédition. Oswin savait très bien que je détestais les randonnées. C'était donc logique qu'il invite tout le monde à aller en faire une. Cela expliquait donc ma solitude cet après-midi. Mais je m'en fichais: ils étaient tous sous la pluie et moi j'étais au chaud. Mais en y repensant un instant, je voulais être sous la pluie. Il faisait tout de même chaud. Et rien ne valait d'être arrosée lorsqu'il fait chaud. Malheureusement, je n'avais pas d'imperméable en ma possession. J'ai donc prit la liberté de fouiller dans l'armoire de mon cousin. Rien. Rien. Tout était trop grand dans son placard. Ah! j'avais découvert une boîte de vieux vêtements. Ils étaient probablement datés d'il y a deux ans, mais je savais qu'ils allaient me faire. Ce que je ne savais pas, c'est que le bac était plus grand à l'intérieur qu'à l'extérieur. J'ai donc cherché longtemps avant de trouver une imper jaune canari. Hihi, même avec le chapeau qui allait avec. C'était la preuve que mon cousin était véritablement un garçon de campagne. J'endossais le tout en riant. Je m'apperçut dans la glace et je pouffai de rire. HA! Personne ne me reconnaisserait dans cet acoutrement, c'était bien trop.

Avec des bottes de caoutchouc pour aller avec, je sortis dehors. Haha, toute seule dans la pluie. C'était un moment qui méritait une petite chanson et une petite danse. Alors en me dirigeant vers le village, je dansais et je chantais. Les voisins devaient se demander ce qu'une personne toute en jaune faisait à galipotter dans la pluie. Pas graaaaaave! Je chante si çame plait et je danse si je chante. C'est aussi simple que ça.


« ♪ And I want a moment to be real, wanna touch things I don't feel, wanna hold on and feel I belong. And how can the world want me to change, they’re the ones that stay the same. They don’t know me, 'cause I’m not here. ♪ »

J'aime ça chanter. Ça me transporte dans un autre monde. Ça me donne des émotions que je n'aurais jamais autrement. Non, la musique c'est bien. C'est plus que bien. C'est magique. Huhu, Quétaineries. J'étais perdue dans mes activités artistiques que je ne m'était pas tout à fait rendue compte que j'étais arrivée dans le village. C'est quand même beau, la région de Plymouth. Je suis contente que je puisse venir passer mon été ici. Malgré la pluie noncessante. Mais comme je disais, je ne regardais pas où j'allais. Et je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un soit en train de se promener dans les rues du village.

Mais Lorcan n'était pas quelqu'un. Il était quelque chose d'autre celui-là. À Poudlard, il était capable de se démarquer sans faire beaucoup d'efforts. Plus jeune, je l'admirais énormément. Je ne l'ai jamais approchée, avant l'année passée. Et ce n'était même pas à Poudlard, au Chemin de Traverse ni au Pré-Au-Lard. C'était à Londres, sur Baker Street. Nous n'avions jamais fait référence à notre plus grand point en commun: la magie. Nous avions prononcer le mot Poudlard qu'une ou deux fois, je crois.

Oui oui, c'est sur Lorcan que je me suis butée royalement, assez pour perdre l'équilibre et d'atterrir dans une flaque d'eau. C'est peut-être invraisemblable pour vous, mais c'est ça qui m'arrive. Vlà.

«Coucou... Lorcan. Que fais-tu dans la région de Plymouth? Pour profiter de la belle température?»

Ok, mauvaise blague. Mais toujours, toujours lorsque je suis avec Lorcan, je perds ma vivacité d'esprit, mon intelligence des mots. Peut-être qu'une plus longue fréquentation rémédierait à cela.



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Lorcan L. Scamander

avatar
Messages : 985
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 27
Localisation : Noyé dans tes yeux.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 22 ans.
Double-compte: Lysander & Lore Scam. / Apple Templewin / Lorcan Chess Hatefull
Travail/Etudes: Ecrivain - Psychiatre- clinicien

MessageSujet: Re: En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]   Mar 3 Juil - 9:35

Spoiler:
 

I know that we are young.
And I know you may love me.
But I just can't be with you like this anymore.
Alejandro. ♪


Claquant à mes mollets comme un rappel de sa présence sur mes épaules, mon lourd manteau noir s'était gonflé sous l'humidité, mais n'avais pas absorbé la pluie, comme il
fallait s'y attendre de la part d'un vêtement ensorcelé. Nonobstant, la lourdeur de ses pans creusaient sur mes clavicules dans une insistante moquerie. Moi, si chic, si snob, je me trouvais décalé en ce paysage. Mes vêtements ne se confondaient aucunement au décor, et eux même semblaient avoir pris vie pour me le faire remarquer. Je me taisais, tentant de me concentrer sur la musique de mes écouteurs.


She's got both hands
in her pocket.
And she won't look at you,
Won't look at you. ♫


Relevant les yeux sur les rondeurs anthracites du ciel, je m'immobilisais une seconde. Puis sortais doucement ma main gauche de ma poche, qui une seconde auparavant, se croyait hermétiquement close sur mes doigts. De ces derniers, je venais effleurer les hauteurs inaccessibles de ce ciel métallique. L'Angleterre m'avait toujours tellement fasciné pour ces charmes pluvieux, la lourdeur de ses pluies, les hurlements de ses orages. Tellement fasciné sur ce plan là que j'en était venu, enfant, à m'identifier au vent; prenant plaisir à me jouer des autres, me transformant en dragon; plus encore que je ne l'étais. Combien de fois avais-je hurlé mon appartenance au visage du Chat de Cheshire, et combien de fois étais-je monté le long des murs de Poudlard pour gouter à la pluie sur mon corps? J'en ai étais déjà tombé du haut d'une tour, m'étais souvent frâcturé un bras, mais jamais une seule seconde mon amour pour les cieux britanniques ne s'en était retrouvé lesé. Bien au contraire.

She hides true love
En su bolsillo.
She's got a halo 'around her finger.
Around you. ♫♪


Il me sembla que le bout de mes doigts venaient de se couvrir d'une fine pellicule argentée. Je rabaissais la main à la hauteur de mon visage, effleurant du regard la surface de ma peau, puis amenant mes doigts à ma bouche, suçait doucement leur surface refroidie par la température. Réprimant soudainement un frisson; je remontais le col de ma chemise puis de mon manteau, et venant glisser mes doigts dans mes cheveux, je ramenais ceux-ci en arrière, avant de secouer la main d'un mouvement bref, pour en chasser la myriade de goutelettes. Le noir de mes vêtements correspondaient peut-être bien au vert foncé de l'endroit, après tout. Je me camouflais, encore une fois, par ma différence au reste du monde. Fredonnant la mélodie, je continuais à marcher.


You know that I love you boy.
Hot like Mexico, rejoice.
At this point I gotta choose,
nothing to loose. ♪


Pour certaines personnes, il devait faire particulièrement chaud, en ce moment, en Angleterre. Mais je ne pouvais pas considérer, moi, qu'il faisait aussi bon qu'on le prétendait. Peut-être aurais-je du prendre une écharpe, ou quelque chose du genre? Je plissais les yeux, en regardant les arbres autour de moi. C'était étrange... en marchant, aussi loin que je me souvienne dans mes souvenirs, j'avais toujours eu cette sensation de lenteur. A partir de mes dix-sept ans, ç'avait été avec une joie cruelle que je m'étais acheté une moto particulière, pour les sorciers; revendu en occasion, en Egypte. J'avais fais appel à un de ces amis louches que tout le monde a, mais dont personne n'ose vanter la propriété; et m'étais fait débrider le moteur. J'avais ce besoin de vitesse. Quand je ne pouvais utiliser ma moto, j'utilisais un Portoloin, ou me téléportais. Plus rapide. Tellement plus rapide. Si cela était toujours aussi impossible, alors je me chargeais de trouver un Sombral.
Regarder les arbres autour de moi, en marchant, me donnait l'impression d'aller à peine plus vite qu'un escargot. Et cela faisait naitre en moi ce sentiment d'exaspération. Je le chassais, décidant de me concentrer pleinement sur la tranquillité des lieux, le calme des campagnes d'Angleterre.


Don't call my name.
Don't call my name, Alejandro.
I'm not your babe.
I'm not your babe, Fernando. ♫


Mes souvenirs affluèrent, je me mis à penser à Lysander. Pendant quelques minutes, si instables, si éphémères, mes yeux s'assombrirent, à la manière du ciel au dessus de ma tête, et je me mis à marcher plus vite, sans vraiment m'en rendre compte, sans vraiment regarder où j'allais. Je n'avais d'ailleurs pas de but particulier. J'étais venu ici pour régler une affaire avec un de mes éditeurs, mais il semblait que ce dernier ne soit pas là.
Are you fucking kidding me, mama?
Donc je marchais. En pensant à Lysander. Avec l'envie irrésistible de massacrer un arbre d'un coup de poing. Inconsciemment, je m'en savais capable, mais mes pensées trop abstraites s'étaient faites frivoles, et il fut difficile de se concentrer sur autre chose que Lady Gaga chantant dans mes écouteurs, quand tout d'un coup, mon univers à l'onirisme sadique vola en éclat: quelque chose venait de me percuter. Contact sans trop de dégat, qui n'eut pour effet physique que de me faire ciller, et me retourner, en ôtant mes écouteurs vert fluo. Mes yeux se dardèrent sur la chose.


Don't wanna kiss, don't wanna touch.
Just smoke my cigarrette and hush.
Don't call my name.
Don't call my name, Roberto. ♫♫♪


Chose que j'identifiais comme un être humain. Une femelle. Mes souvenirs explosèrent, et mon cerveau, lancé dans le tri des informations, me plaça un nom sur les lèvres.

Laila Clenman.

«Coucou... Lorcan. Que fais-tu dans la région de Plymouth? Pour profiter de la belle température?»


(Just stop. Please. Just let me go. Alejandro. Just let me go.)

She's not broken,
She's just a baby.
But her boyfriend's like a dad, just like a dad.
and all those flames that burned before him.
Now he's gonna fight your fight, gonna cool the bad. ♪


Un « oh » particulièrement surpris arrondi mes lèvres, et tendant la main j'attrapais la main de la demoiselle pour l'aider à se relever. C'était amusant de considérer mon ancienne camarade de classe, si aquilienne autrefois, devenu toute jaune aujourd'hui. Telle un poussin. Nous étions en train d'assister à une fabuleuse régression métaphysique. Une étincelle fascinée alluma mon regard. C'était impressionnant ce que les humaisn pouvaient m'ensorceler, dans leurs différences, dans leurs originalités. Et pourtant, Ô grand jamais je n'avais pensé soutirer de Laila autre chose qu'une illimitée conscience du savoir. Si en plus elle se mettait à me charmer par des frasques concrètes, je ne pouvais que plus l'appréçier. Adorable petit poussin ♥ Un sourire étira mes lèvres, tandis que l'écho de sa phrase allumait la belle lanterne de mon humour, tout au fond de mon cerveau.

« En réalité, j'en viendrais presque à oublier l'Egypte, en vue de ce magnifique temps. Quelle ambiance ensoleillée. Toujours est-il que ce n'est pas vraiment pour me déplaire. L'assurance d'un vent et d'une humidité est une bonne chose, en soi. Comment te portes-tu? »

Mon regard se mit à pétiller, et brièvement, l'image des pyramides et du Caire réapparut. Là bas aussi, j'avais par erreur fait tomber une femme au sol, sur le séant. Rien de très gracieux, mais la demoiselle était musulmane, et l'on avait crié au scandale. Ici, Laila était anglaise, et quoique nous soyions dans le pays des conventions et des règles, il me semblait plus facile de rattraper cela avec une connaissance de longue date qu'une afghane effarouché. Je pensais aux moqueries de mon accompagnateur, ce jour-là: un jeune androgyne aux cheveux plus blonds que les maïs, et aux yeux aussi bleus que les miens. Lorcan Hatefull...

« Faisons la route ensemble. Vas-tu au village? Je n'ai rien de particulier à faire, mais je risque de rapidement m'ennuyer des campagnes. As-tu regardé le match de quidditch à la télévision, lundi soir? Je suis ravi de voir que c'est la France qui a gagné. Et dis moi, que pense-tu de l'élection de ... je ne me souviens plus son nom. Cet homme, dont l'on parle, le concurrent de Potter...? »

Ce faisant, je m'étais remis à marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: Re: En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]   Mar 3 Juil - 15:31


Sa main blanche se tendit vers moi. Si délicate, si ivoirine. Pourtant, lorsque je pensais à Lorcan, je pensais bien à un homme. Il est tout à fait viril. Il me fait trembler, comme tous les autres. Donc oui, il devait bien avoir cette touche de masculinité. J'empoignai fermement ses doigts pour me relever. Voilà que j'étais toute mouillée, mais ce n'est pas ce qui m'occuppait. Le pétillement du bleu des yeux de Lorcan retenait toute mon attention. Ce bleu envoûtant dans lequel je me mouillerait volontier.

« En réalité, j'en viendrais presque à oublier l'Egypte, en vue de ce magnifique temps. Quelle ambiance ensoleillée. Toujours est-il que ce n'est pas vraiment pour me déplaire. L'assurance d'un vent et d'une humidité est une bonne chose, en soi. Comment te portes-tu? »

Je dus reprimer un petit rire déplacé. J'étais une personne d'humour faible; ne serait-ce la blague, j'allais toujours faire tinter mon rire délirant.

« Je me portes sur mes deux jambes, merci à toi.»

Cette phrase, je l'avais entendue auparavant. Dans un film je crois. C'est un truc moldu vous savez.

« Faisons la route ensemble. Vas-tu au village? Je n'ai rien de particulier à faire, mais je risque de rapidement m'ennuyer des campagnes. As-tu regardé le match de quidditch à la télévision, lundi soir? Je suis ravi de voir que c'est la France qui a gagné. Et dis moi, que pense-tu de l'élection de ... je ne me souviens plus son nom. Cet homme, dont l'on parle, le concurrent de Potter...? »

Je le fixai un instant. Nous étions dans le village. Ou me serais-je encore perdue? Non non, nous étions en plein dans le carrefour central. Et bien peu importe. Peut-être voulait-il aller dans un autre village... Je le suivrai, je le savais déjà. Je m'étais déjà accrochée à son bras. Nous avions commencer à marcher. Pendant qu'il me parlait des banalités qu'on retrouve dans la Gazette du Sorcier, je l'observais de côté. Il était bien plus grand que moi. Il était blond. Une allure d'agent secret le qualifiais bien. Il avait cet air mystérieux qui excitait les petits garçons et qui donnaient des idées romanesques aux jeunes filles. Les adultes devaient bien vouloir s'en méfier. Il avait l'air dangeureux. Dangereux, parce qu'on y était attiré sans savoir pourquoi. Et l'ignorance était bien ce qui faisait le plus peur aux gens.

«Je n'accorde pas grande importance au Quidditch, désolée. Je laisse ça à mon cousin»

Du coup, je savais qu'Oswin allait revenir de sa randonnée et que je n'avais laissée aucune note.

«Ça te dérangerait d'aller un instant à la poste locale? Je connais le bonhomme à bicyclette qui livre des journaux. J'ai besoin qu'il livre un message.»

C'est ça lorsqu'il n'y avait pas de hiboux locaux. Mais je n'étais pas pressée. Le plus longtemps mon bras encerclait le coude de Lorcan, le plus longtemps ce souvenir sera incrusté dans ma mémoire.

«Pour répondre à ta question, je crois que l'élection du Docteur St-Clare est probablement un bon choix. Il me semble compétent, malgré le fait qu'il ne soit pas très charismatique. Dans ses photos en tout cas. J'ai entendu dire que lorsqu'il était à Poudlard, il était assez populaire. Aussi un très bon ami d'Eleanor Branstone. Il y a des rumeurs qui racontent qu'elle est en ligne pour devenir la directrice de Poudlard. Pas que cela t'importe vraiment. Pour toi, les années de scolarité sont terminées.»

Il fallait que je me rappelle qu'il était plus âgé que moi, que j'appairaissais probablement comme une petite jeunesse à ses yeux. Il ne fallait pas que je l'oublie.



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Lorcan L. Scamander

avatar
Messages : 985
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 27
Localisation : Noyé dans tes yeux.

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 22 ans.
Double-compte: Lysander & Lore Scam. / Apple Templewin / Lorcan Chess Hatefull
Travail/Etudes: Ecrivain - Psychiatre- clinicien

MessageSujet: Re: En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]   Mer 4 Juil - 9:39

«Ça te dérangerait d'aller un instant à la poste locale? Je connais le bonhomme à bicyclette qui livre des journaux. J'ai besoin qu'il livre un message.»

Heurtant ma poitrine dans la découpe de chacun de mes pas, mes écouteurs laissaient filtrer les hurlements de la musique rock. Unique musique qui avait su me calmer, et taire les effluves sanguins de mon esprits malade, je reconnaissais rapidement les mélodies torturées du groupe Linkin Park, tandis que la voix de Laila se mêlaient aux accords désorganisés de ma tête. Venant effleurer du revers des doigts sa main posée sur mon autre coude, un sourire doux prit possession de mes lèvres, et sans avoir vraiment compris ce que me disais Laila, j'acquiesçais, par simple plaisir de lui faire plaisir. Quoique je n'avais pas la moindre idée de comment trouver une poste au milieu de toutes ces bosses. Mes yeux parcoururent les arbres, au loin, qui semblaient flotter étrangement.

Mes yeux se dardèrent soudainement sur eux.

C'était tout simplement fascinant. Détachant mon attention du bras passé contre le mien, je dévorais des yeux le ciel projeté au dessus de nous deux. Confusion, hilarité: dans ma poitrine, un sentiment palpable se mit à enfler, telle une vague, et vint déchirer mon masque d'impassibilité pour transformer mon esprit calme en un hurlement mental. Un simple frisson courut le long de ma peau, et je refermais avec un peu plus de fermeté ma main sur celle de Laila.

«Pour répondre à ta question, je crois que l'élection du Docteur St-Clare est probablement un bon choix. Il me semble compétent, malgré le fait qu'il ne soit pas très charismatique. Dans ses photos en tout cas. J'ai entendu dire que lorsqu'il était à Poudlard, il était assez populaire. Aussi un très bon ami d'Eleanor Branstone. Il y a des rumeurs qui racontent qu'elle est en ligne pour devenir la directrice de Poudlard. Pas que cela t'importe vraiment. Pour toi, les années de scolarité sont terminées.»

Sans détourner les yeux des arbres, un simple sourire vint courir sur mes lèvres, et j'inspirais doucement, pris par l'envie de rire.

« Je n'aime pas cet homme. Je ne le sens pas. Nonobstant, j'attends de voir ce qu'il va offrir à la société sorcière avant de fonder mes critiques. ... Et je suis toujours très intéressé par Hogwart, Laila. C'est... comme une tâche d'encre qui a brouillé ce que j'étais. Je ne peux pas l'effacer sciemment. Je n'en ai pas envie. Hogwart m'a appris à devenir ce que je suis aujourd'hui. Du moins... 98% de ce que je suis aujourd'hui. »

Je plongeais la main dans ma poche, et effleurais du bout des doigts le papier argenté des pilules calmantes. Penchant légèrement le visage vers elle, je la dévisageais.

« Que se passe t-il d'important dans ta vie, à Poudlard? »
Revenir en haut Aller en bas
Laila Clennam

avatar
Messages : 2844
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 22

Carte Chocogrenouille
Âge du personnage: 17 ans
Double-compte: Matthias et Margaret
Travail/Etudes: 6e année Poudlard

MessageSujet: Re: En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]   Jeu 19 Juil - 13:40

Ma vie à Poudlard. Je ne savais trop. Je croyais que je savais, mais dans le fond, lorsqu'il me pose la question comme ça, elle me semble soudainement si importante et je ne sais quoi répondre. Qu'est-ce que j'avais fait d'extraordinaire? Et bien j'avais réussit tous mes examens. Mais Lorcan ne voulait sûrement rien savoir de cela. Il voulait connaître l'humeur du château, les murmures des portraits.

Je regardai aux alentours. Pas un chat. Dire qu'hier, toute la place était occupée. Une mésange vint voler un grain un peu plus loin sur la rue. Il avait cessé de pleuvoir. Nous arrivions au bureau de poste. Je n'avais toujours pas répondu. Mais il semblait dans un autre monde, donc je ne sentais pas que cela l'incommodait vraiment. Je poussai la porte du bureau de poste. Une clochette familière retentit. La première chose que je vis en rentrant était le visage joyeux de Midge Hillside. Cette femme d'un certain âge qui connaissait les affaires de tout le monde. Elle nous prenait, nous les adolescents, pour des mauvaises herbes qui étaient toujours en croissance. Elle aime bien mémérer à notre sujet. Mais elle chouchoute Oswin comme ce n'est pas possible. Elle ne m'aime pas particulièrement, puisque je suis considérée une étrangère au village, même si ça faisait 5 ans que je venais tous les étés.

Elle fronça des sourcils en me reconnaissant. Je me contentât de hocher de la tête pour la saluer. Ses yeux globuleux voyageaient de Lorcan à moi. Je ne veux pas énumérer les choses qui lui ont passé par la tête, ce serait que des bêtises.Il y a des adultes comme ça, qui n'ont pas fait évoluer leur pensée au-delà de l'enfance. Je ne dis pas ça méchamment, mais des fois c'est vrai.

«Mademoiselle Clennam»

«Madame Hillside»

«Que puis-je faire pour vous aujourd'hui?»

«Je cherche Willy»

En entendant son prénom, le dit Willy fit apparaître sa tête du cadre de la porte arrière. C'était un petit garçon de dix ans qui avait des orbites à la place des yeux comme sa grand-mère.

«Oui Mademoiselle Clennam?»

«Salut Willy. Peux-tu aller dire à Oswin que je suis partie en promenade? Si il n'est pas là peux-tu laisser une note. J'ai oublié de le faire. Je voulais te le demander puisque tu avais une bicyclette.»

Midge se râcla la gorge avant de couper la parole à son petit-fils:

«Je ne vais pas laisser Willy partir dans la pluie. D'ailleurs, vous n'êtes pas si loin. Vous pouvez y aller vous même.»

Non mais! C'était à croire que dans une autre vie, je lui avais commis le pire des outrages! Sa bêtise me laissa muette un instant. Mais soit. Je pouvais toujours retourner à la maison avec Lorcan. D'ailleurs celui-ci ne semblait pas vouloir aller nulle part de très important. En accordant un adieu froid à la grosse dame, j'entraînai mon compagnon dans la rue.

«Nous irons prendre le thé chez moi, j'imagine. J'espère que cela ne t'incommode pas trop...»

Nous refoulions alors nos pas et bientôt nous allions arriver devant la belle petite porte de chez mon cousin.

«Pour répondre à ta question, je n'ai pas vraiment de réponse tu sais. Tout ce qui m'importait pendant l'année me semble bête à présent.»



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En passant par l'Angleterre avec mon p'tit Lorcan! [Pv Lorcan Scamander]
» Henriette d'Angleterre, mais appelez moi « Madame » !
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Le mur d'Hadrien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obscuro Momentum ::  :: Archives :: Saison 2-